Le frelon asiatique est chez nous. Et il semble s'y plaire. Au point de se multiplier d'année en année. Mais c'est surtout en cette période de la fin de l'été que les specimens sont les plus nombreux et les plus agités. Les frelons débutent en effet l'élevage des femelles fondatrices pour l'année prochaine. Pour cela, ils nécessitent un grand apport en protéines qu'ils vont principalement chercher dans les ruchers en s'attaquant aux abeilles.

C'est notamment pour cette raison qu'un appel à signalement est lancé à Ecaussinnes. "Il est demandé aux personnes observant un individu ou un nid de frelon asiatique d'en faire le signalement au travers du portail de la Région Wallonne, en joignant si possible une ou plusieurs photographies", explique la commune d'Ecaussinnes. "En cas de confirmation de la présence d'un nid, celui-ci pourra être détruit gratuitement par une équipe d'intervention du Centre wallon de Recherches agronomiques."

L’objectif de cette campagne menée en collaboration avec le Rucher Bel-Air est donc de limiter l'expansion de cette espèce invasive sur la commune au détriment de la biodiversité et des ruchers. Il ne faut toutefois pas le confondre avec son cousin européen également observé dans nos contrées. Une colonie de frelons européens a d'ailleurs été retrouvée il y a quelques jours au quartier Bel-Air d'Ecaussinnes.

"Et contrairement à son cousin asiatique qui décime les colonies d'abeilles et qui peut-être très agressif, le frelon européen est nettement plus "baba-cool" et débarrasse le jardin de nombreux parasites tels les chenilles, les araignées, les criquets, les mouches ou les guêpes", précise les responsables du Rucher Bel-Air. "Il n'est pas agressif et n'est en aucun cas un piqueur spontané. Sa piqûre n'est pas plus douloureuse ou dangereuse que celle d'une guêpe. Il ne pique que par défense, lorsque l'on s'approche trop près de son nid ou qu'il se sent piégé ou agressé."

Le frelon asiatique n'est pas non plus agressif envers les humains. Sa dose de venin est d'ailleurs bien inférieure à celle reçue lors d'une piqûre d'abeille. Toutefois une attaque massive peut survenir à proximité immédiate du nid. Il faut donc éviter de s'en approcher.

Comment reconnaître cette espèce ? Le frelon asiatique construit de gros nids, une sorte de grosse boule beige, souvent en haut des arbres, mais aussi sur des bâtiments. L'insecte en lui-même est environ deux fois plus gros qu'une guêpe. Il se démarque du frelon européen par son thorax entièrement noir (et non brun) ainsi qu'un abdomen orange (et non jaune).

© DR