Des parents sur une même liste ? Ils ne pourront pas siéger ensemble au conseil à Ecaussinnes, Braine, Le Roeulx

Ils sont mère et fils, mari et femme ou frère et sœur. Ils se présentent ensemble sur une même liste pour les élections d’octobre. Toutefois pour eux, l’histoire finira comme dans Highlander : il ne peut en rester qu’un.

En effet, le Code de la démocratie locale prévoit des incompatibilités familiales en matière d’élections. Concrètement, des membres d’une même famille peuvent se présenter sur des listes différentes ou sur une même liste. Mais si le verdict des urnes leur est favorable, il leur faudra faire un choix. Ainsi, des personnes mariées, des cohabitants légaux et des parents jusqu’au deuxième degré ne peuvent pas siéger ensemble au sein d’un même conseil communal.

Le phénomène n’est pourtant pas rare. À Ecaussinnes par exemple, presque toutes les listes comptent des membres d’une même famille. C’est le cas notamment du mouvement ACE, emmené par Christine Hemberg. Elle compte également son neveu, son fils et sa belle-sœur. "Il y a un tel rejet de la politique, tous les partis sont confrontés au problème de composer une liste complète", explique Christine Hemberg. "Pour nous, les liens de parenté ne sont pas un problème à partir du moment où c’est transparent. Dès l’introduction de notre programme, nous précisons que certains candidats sont là pour s’investir, d’autres pour soutenir."

À Braine aussi, on compte des doublons sur certaines listes. Mais pas celle du bourgmestre qui, lors de la présentation, mettait un point d’honneur à dévoiler 27 "vrais" candidats. "Je ne suis pas favorable aux candidats d’une même famille, car ça peut présenter des problèmes d’effectivité", tranche Maxime Daye. "Si un parti décroche dix sièges et qu’en cours de mandature, il doit faire appel à des suppléants, il pourrait être confronté à des problèmes d’inéligibilité en cas de doublons sur la liste."

Dans les faits, les problèmes d’incompatibilités familiales ne tombent pas souvent. Mais cela peut arriver. À Écaussinnes toujours, l’ancienne bourgmestre Béatrice Bulteau avait dû renoncer en 2012 à un siège de conseillère au profit de son fils, Xavier Godefroid.

A ÉCAUSSINNES Arnaud Guérard emmène la liste Ecolo tandis que sa mère Carole Bolanz occupe la 18e place. "Nous partageons cet engagement politique", commente Arnaud Guérard. "Je suis rentré chez Ecolo en 2009. Ma maman a suivi en 2012. Avec les places que nous occupons, il y a peu de chance pour que nous soyons élus tous les deux. Si la question se posait, c’est celui qui réalisera le meilleur score qui siégera. Mais je me demande si cette règle a encore tout son sens. Le principal pour nous est d’assurer la transparence dans les prises de décisions."

A LE ROEULX Dans la cité des Princes aussi, la politique est affaire de famille. Les Kulawik, mère et fille, sont candidates sur la liste des Intérêts communaux. Sur celle du groupe Alternative, la tête de liste Géry Bombart concourt aux côtés de sa fille, Fanny. Le conseiller sortant, Jean-Pierre Duval, partage pour sa part l’affiche avec sa moitié, Christine Hoyas. "Nous savons que si nous sommes tous les deux élus, l’un des deux devra renoncer", commente Jean-Pierre Duval. "Nous avons nos sensibilités et nous ne sommes pas carriéristes. L’électeur sera juge."