Les images font véritablement le buzz : ce lundi matin, un ouvrier communal, installé à l’arrière d’une camionnette de la ville de la Louvière, salait les routes directement à la main alors que le véhicule avançait au pas. Les conditions climatiques étant particulièrement difficiles, la question de la sécurité de ce travailleur a inévitablement été discutée.

Du côté du groupe d’opposition Plus&CDH, on annonce d’ores et déjà que des comptes seront réclamés à la majorité PS-Ecolo, tant concernant "l’organisation du salage des routes que des images de cet ouvrier épandant à la main." Une initiative que, dans nos colonnes, l’échevin en charge des travaux imputait à l’ouvrier lui-même.

"Nous avons vu, comme tous les Louviérois, et probablement bientôt tous les Wallons, ce pauvre ouvrier devant jeter le sel à la main. C’est une honte, au XXIème siècle", peste le conseiller communal Xavier Papier. "Mais ce qui est encore plus honteux, c’est de lire qu’il l’a fait de son propre chef et que donc, il en est responsable. Cet homme et ses collègues mettent leur santé en danger en devant agir de la sorte par manque de moyens à leur disposition. Je salue leur courage mais je ne peux admettre qu’ils doivent faire leur travail dans des conditions indignes et irrespectueuses de leur santé."

Et de poursuivre : "Nous exigeons un rapport du bourgmestre sur la situation. Comment se fait-il que le Conseiller en prévention de la Ville n’ait pas stigmatisé cette pratique ? Ou, il l’a fait sans être entendu et la situation est bien plus grave. Comment la réglementation de la protection de santé et de la sécurité du personnel communal est-elle à ce point bafouée ? L’image de notre Ville va encore être écornée par cette mauvaise gestion. Mais par-delà cet aspect, nous ne laisserons pas cette situation durer sans que le collège communal n’assume ses responsabilités."

De manière plus globale, l’opposition (CDH, PTB) reproche à la majorité de ne pas anticiper les conditions hivernales de ce lundi. "Alors que nous avons vu les Villes voisines réagir aux mêmes conditions hivernales que La Louvière et obtenir des résultats probants au moins pour leurs grands axes, nous ne comprenons pas la réaction de surprises et de débordement du Collège. Ni les grands axes n’ont été préservés ni les accès de soins et de sécurité n’ont été privilégiés à l’instar de nos hôpitaux et de la caserne des pompiers. Et nous ne parlons même pas de l’absence de sel aux abords des écoles."

Là encore, le groupe Plus&CDH réclame des explications. "Nous demanderons que le Bourgmestre s’explique sur les moyens techniques dont disposent son service travaux et sur l’organisation préventive qu’il a mis en place. Les réunions d’urgence c’est avant une tempête qu’elles sont utiles, pas après."

Le MR, via la voix d'Olivier Destrebecq, a lui aussi réagi. "La recette de la majorité PS-Ecolo est très simple voire simpliste : surtout parler positivement de La Louvière partout et tout le temps ! Mais franchement on se fout de nous, y a t il encore un pilote dans l’avion ! Voilà l’image de notre ville qui tourne sur l’ensemble de la toile... Combien de temps va-t-on encore subir cette équipe à la tête de la gestion de la ville ? Il n’y a qu’à La Louvière que les alertes météo n’arrivent pas ! Ce n’est évidemment pas aux ouvriers communaux de palier l’incapacité de gestion de la majorité en place... et que dire de la légalité de ces conditions de travail !"

Pour rappel, l’échevin des travaux a expliqué que quatre épandeuses étaient de sortie ce lundi, renforcées par une dizaine de camionnettes communales, mais que les conditions étaient pour le moins compliquées à gérer.