Axe de passage obligé pour de nombreux villageois, la rue des Trieux est fort empruntée à Estinnes. Pourtant, elle n'a rien d'une grande voirie de transit. La rue est plutôt étroite, avec des voitures stationnées sur le côté, empêchant même par endroits certains véhicules de se croiser.

En théorie, une telle configuration devrait amener les conducteurs à lever le pied et à redoubler de vigilance. Dans la pratique en revanche, certains jouent les casse-cous en faisant fi du danger. Ce qui conduit trop souvent à des accidents.

Les riverains sont là pour en témoigner régulièrement sur les réseaux sociaux. L'un d'entre eux raconte avoir manqué de voir sa fille écrasée. "Heureusement, elle me tenait la main. Certains oublient que quand une voiture monte, une autre descend. Je ne sais pas dans quel état je vais retrouver la mienne demain matin." D'autres n'échappent pas aux mauvaises surprises. Une riveraine a ainsi vu dernièrement sa voiture sérieusement emboutie, alors qu'elle était stationnée. La deuxième fois sur l'année et la goutte de trop sans doute.

Une pétition a ainsi été lancée pour demander aux autorités de procéder à des aménagements. "Apparemment plusieurs plaintes et demandes ont été déposées, mais aucune réponse ne suit. Il est temps que cela change. Je demande donc votre participation à cette pétition afin que les supérieurs puissent se rendre compte de l'urgence, mais aussi du désarroi des habitants de cette rue", invite le texte de la pétition mise en ligne.

Les autorités sont bien conscientes du problème. La rue des Trieux fait d'ailleurs partie des points noirs identifiés dans le Plan communal de Mobilité (PCM) en cours d'élaboration. "Cette rue est problématique, car elle est étroite et que de nombreux riverains n'ont pas d'autres choix que de s'y stationner. Nous ne pouvons donc pas installer des aménagements classiques pour réduire la vitesse. D'ailleurs, des aménagements avaient été réalisés il y a plusieurs mandatures déjà, pour être finalement retirés", explique Delphine Deneufbourg. "Une réflexion est donc menée avec le bureau d'étude qui travaille sur le PCM. Et c'est une réflexion globale pour ne pas répercuter le problème de vitesse sur des voiries voisines."

Le PCM devrait être présenté au conseil communal de novembre au plus tard. Une fois le texte adopté, restera à mettre en œuvre les plans d'action, en débloquant notamment les budgets nécessaires. Il faudra donc encore patienter pour la sécurisation de la rue des Trieux, mais le dossier a le mérite de faire partie des priorités du PCM.