Les travaux de maçonnerie de la chapelle Notre-Dame de Cambron devraient prendre fin d'ici une vingtaine de jours. Le calendrier a pris un peu de retard, mais rien de dramatique au regard des tuiles déjà tombées ou à venir.

Lorsque l'entreprise chargée des maçonneries aura terminé son travail, une autre, déjà intervenue, reprendra le relais pour s'attaquer aux charpentes. Et c'est là que les Romains risquent de s'empoigner. De la mérule a en effet été détectée. Et selon la présidente du CPAS, en charge du dossier, elle n'était pas là avant.

Pour rappel, le coup d'envoi de ce vaste chantier a été donné en février 2019. Rapidement, la découverte de la toiture avait révélé des problèmes imprévus et de taille, avec une déformation des charpentes, particulièrement dans la zone du clocheton. Le chantier connaissait un premier coup d'arrêt, des pistes financières étant explorées pour prendre en charge les coûts supplémentaires. Mais ces coûts étaient trop importants pour réaliser un avenant au contrat initial. La commune d'Estinnes décidait donc de dissocier les travaux de la chapelle et la rénovation du clocheton. Les premiers pouvaient reprendre, tandis que la deuxième ferait l'objet d'un nouveau dossier.

Mais la reprise du chantier ne s'est pas faite sans heurts. L'entreprise chargée des toitures devait finaliser la première phase des travaux pour laisser place à la société chargée des maçonneries. De contretemps en confinement, l'affaire a trainé, laissant manifestement la chapelle et son clocheton sans bonne protection. Les travaux de maçonnerie ont finalement pu être lancés et arrivent bientôt à leur terme. Mais la commune devra ensuite faire revenir l'entreprise chargée des toitures pour terminer le travail et traiter la mérule. Il faudra accorder les violons, ce qui ne semble pas gagner d'avance. "En tout cas, notre intention n'est pas de laisser pourrir la chapelle sur place", souligne Catherine Minon, présidente du CPAS.

La malédiction de la chapelle de Notre-Dame de Cambron est encore loin d'être conjurée. Il faudra sans doute allumer encore quelques cierges pour espérer que le chantier se termine sans accrocs. Du côté de l'opposition, on craint que l'affaire se règle au tribunal et fasse exploser le budget. Quant au clocheton, un nouveau dossier va être monté et va conduire à une demande de subsides auprès de la Région wallonne. Un montant est déjà inscrit au budget 2021 de la commune d'Estinnes pour le cahier des charges.