14 millions d'euros, c'est la somme peu banale que vient d'investir le Rouveroy dans la modernisation de ses installations, au cœur du parc du Château. "Le projet était avant tout d’offrir une construction moderne, confortable et lumineuse", explique la directrice générale Corinne Wanwert. "L’idée était de sortir des deux petits pavillons qui dataient des années 80 et qui accueillaient jusque-là nos 62 résidents de maison de repos, décloisonner les espaces, et développer les interactions entre résidents. Y compris pour le personnel. Bref: offrir de beaux espaces bien conçus à nos résidents et à nos employés."

Cet investissement était important pour pérenniser l’ASBL quadragénaire. Une augmentation de la capacité d’accueil s’imposait. Ces 14 millions d’euros ont donc été consacrés à la construction d’une nouvelle maison de repos (L'Arbre de Jade) ainsi qu’à celle d’une Résidence Services qui offre 15 appartements d’une superficie supérieure à 48 m². Cet ambitieux projet a reçu un coup de pouce de l’Aviq, à hauteur d’un peu plus de 5 millions d’euros.

"L’Arbre de jade peut aujourd’hui accueillir 96 résidents de manière permanente, soit en maison de repos, soit en maison de repos et soins, ainsi que 15 personnes en Centre de Jour", reprend Mme Wanwert. "L’investissement nous a permis de créer 34 lits supplémentaires et 10 places d’accueil pour l’accueil de nos aînés dans les meilleures conditions."

Le Covid-19 a tout bouleversé

C'est ce vendredi que ces nouveaux bâtiments seront inaugurés. Cette inauguration aurait pu avoir lieu il y a deux ans. Mais à peine les premiers résidents étaient-ils installés à l’Arbre de Jade et aux Arilles que le Covid-19 frappait aux portes. Impactant forcément la vie au Rouveroy, mais surtout le moral des troupes. "Nos résidents, leur famille, le personnel,… Chacun a été lourdement impacté au vu des restrictions de visite, des contraintes de distanciation et des mesures générales que nous avons été forcés de mettre en place, comme toute maison de repos." se souvient la directrice. "Ce fut un combat de tous les jours pour que nos résidents ne sombrent pas dans la dépression en lien avec l’isolement que cette pandémie a entraîné. Il a fallu faire preuve de beaucoup de créativité, de patience et d’ingéniosité pour conserver du lien !"

Autre corollaire de la pandémie: elle a inversé la donne en matière de disponibilité d’accueil. Jusque-là, il était coutumier pour une famille à la recherche d’une maison de repos de s'inscrire sur une liste d'attente et de patienter. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, le Covid ayant décimé les maisons de repos.

La rénovation et la révision de l'offre résidentielle apparaissent donc on ne peut plus opportune pour attirer de nouveaux résidents.