Le comité de l'abbaye de Bonne-Espérance prendra officiellement sa décision cette semaine.

Chaque année, la Fête des Moissons attire entre 15.000 et 20.000 visiteurs l'avant-dernier week-end d'août à l'abbaye de Bonne-Espérance. Mais la 27e édition semble bien mal embarquée et devrait probablement passer à la trappe.

"Le comité va se réunir dans les prochains jours, mais à mon avis, on se dirige vers une annulation", confie Michel Wanty, président de l'asbl Fête des Moissons. "Il y aurait toute une série de mesures difficilement applicables pour un tel événement. Rien que le dimanche, nous accueillons quelque 9.000 personnes. Ce n'est pas le genre de fête où tout le monde reste assis sur une chaise sans bouger. Il y a du mouvement, c'est une fête pleine de convivialité. Il serait très difficile de tout contrôler."

Pour l'heure, l'avis de Michel Wanty n'engage que lui. Le comité va se réunir cette semaine pour trancher. Mais la question devrait surtout porter sur une annulation pure et simple, ou l'organisation d'un événement dans une formule simplifiée pour un comité restreint.

Sans Fête des Moissons, l'asbl de l'abbaye de Bonne-Espérance va se voir privée de rentrées importantes pour financer la rénovation de l'édifice. Subsidiés à 95% par la Région wallonne, les travaux sont en effet déjà bien avancés. Mais le reste doit être apporté par l'asbl. Or, le confinement l'a privé de recettes avec la fermeture du moulin et celle de la taverne du Tournebride.

"Nous avons lancé une campagne de soutien", poursuit Michel Wanty. "Il faut rester optimiste. Quelques personnes se sont déjà manifestées. Nous allons également solliciter nos sponsors qui chaque année, participent à l'impression d'une brochure pour la Fête des Moissons. L'enthousiasme est là et les projets sont nombreux. C'est d'ailleurs pour ne pas gaspiller son énergie qu'il serait préférable d'annuler la Fête des Moissons cette année."

Parmi les projets, il y a la reprise de la taverne du Tournebride aux portes de l'abbaye. "Nous avons repris l'exploitation telle qu'elle avait été laissée par l'exploitant privé. L'idée est d'en faire une véritable vitrine, en lien avec l'abbaye et le collège, pour l'accueil des visiteurs. Il y aura des travaux à réaliser, mais la période actuelle nous amène à ne pas brûler les étapes. Les plans d'architecte sont en cours. De manière générale, nous voulons attirer des tas de passionnés au sein de l'abbaye, l'ouvrir davantage sur l'extérieur, car elle peut servir d'écrin pour de nombreuses activités."

On l'aura compris, l'annulation de la Fête des Moissons se profile. Mais elle est loin d'avoir assommé les compagnons de l'abbaye.