Des factures d’énergie qui triplent ou quadruple, plongeant certains ménages dans l’incertitude et l’angoisse de ne pas pouvoir les honorer, c’est désormais une réalité. Une réalité à laquelle nos CPAS s’apprêtent eux aussi à faire face puisqu’ils s’attendent à ouvrir de nombreux nouveaux dossiers pour des aides financières ponctuelles. Les CPAS peuvent en effet être sollicités pour octroyer une aide aux ménages en difficulté de paiement de leurs factures énergétiques via le fonds gaz-électricité.

"Nous bénéficions de subsides de l’État fédéral pour intervenir sur les aides liées à l’énergie", confirme Nicolas Godin (PS), président du CPAS de La Louvière. "Nous nous attendons à avoir des demandes d’un public que nous connaissons déjà mais pas seulement : des personnes issues de la classe moyenne, que l’on peut qualifier de travailleurs pauvres, des familles monoparentales vont venir gonfler le nombre de demandes."

Dans la Cité des Loups, les équipes du CPAS sont prêtes. Elles ont même été renforcées. "On tente d’anticiper les choses, nous n’avons pas de craintes sur la gestion des dossiers même si cela représente un travail supplémentaire considérable. En revanche, on craint vraiment que les subsides obtenus dans ce cadre soient insuffisants. On doit s’attendre à ce que les bénéficiaires nous présentent des factures de plusieurs milliers d’euros, ce qui risque de poser problème."

La crainte de ne pas pouvoir aider tout le monde est bien réelle. "On renvoie la balle vers les CPAS, parce qu’aider les citoyens est notre mission première. Mais on aura plus que probablement besoin d’aides d’autres niveaux de pouvoir, que cela se traduise par l’octroi de chèques énergie ou d’une baisse de la TVA. Les demandes seront formulées dans les prochains mois mais de nombreuses personnes prennent déjà leurs renseignements parce qu’il leur est demandé d’augmenter leurs acomptes."

L’émergence de nouveaux profils auprès du service énergie du CPAS changera par ailleurs la donne en matière d’accompagnement. "Les personnes que l’on aide généralement sur ces matières sont des personnes qui ont déjà des problèmes dans la gestion structurelle de leurs frais énergétiques. Au-delà d’une aide financière, on propose donc un accompagnement visant à leur donner des trucs et astuces pour consommer moins, autrement."

Et de poursuivre : "Les personnes que l’on s’attend à accueillir ces prochains mois sont plutôt des personnes qui subissent de plein fouet l’augmentation des coûts d’énergie. Notre marge de manœuvre est donc plus limitée et notre intervention sera purement budgétaire." Les prochains mois s’annoncent donc compliqués, pour les citoyens comme pour les CPAS…