La nouvelle a fait réagir. Lors du dernier conseil communal, une conseillère de l’opposition a abordé la situation du chemin de l’ASBL Les Amis des Animaux, située à Feluy. Pour rappel, il y a maintenant quelques semaines, le président lançait un appel aux citoyens pour trouver gain de cause afin de bénéficier d’une rénovation complète de la voirie. Le chemin est en piteux état, devenu difficilement praticable pour les voitures avec la présence de larges trous. Le problème dure depuis vingt ans. Et face aux récurrents refus de la commune, l’ASBL avait demandé aux citoyens d’envoyer un mail type à l’échevin des travaux, Éric Delannoy.

© D.R.

Ce dernier a reçu plus d’une vingtaine de mails. Et pour le groupe PS, l’échevin semblait agacé. "Mr Delannoy s'est montré très hermétique à ce dossier", explique Michaël Carpin, conseiller communal (PS). "Il s'est montré très agacé face aux nombreux mails qu'il a reçus, niant ainsi la déclaration de politique communale : "une commune particip'active"! Ce n'est pas la première fois qu'il se montre très éloigné de son engagement. Nous lui demandons de se ressaisir au plus vite !"

L’échevin a, en effet, décliné la proposition de rénovation complète de la voirie. Répertoriée en tant que chemin de terre, la route n’est pas une priorité, au vu des 220 autres kilomètres de voiries. C’est surtout le coût des travaux qui empêcherait leur réalisation. "Pour un chemin de terre, il faut savoir que la rénovation demande un énorme budget", précise Éric Delannoy. "Il faut faire une fondation en dessous du macadam. Si on commence à faire cela à tous les chemins de terre, on ne va pas s’en sortir."

Toutefois, le service travaux effectuera quelques rénovations pour permettre un accès plus facile à l’ASBL. L’échevin des travaux l’assure : la commune rebouchera les trous. Mais pour l’association, c’est la douche froide. "En conclusion, le chemin qui mène au Refuge sera à nouveau rénové", écrit l’ASBL sur sa page Facebook. "Comme c'est le cas régulièrement, des ouvriers communaux viendront boucher les nids-de-poule avec du gravier. Et comme à chaque fois, ses réparations de fortune dureront une courte saison et les nids-de-poule reviendront plus larges et plus profonds , et peut-être un jour l'échevin des travaux comprendra la nécessité de travailler à une solution sur le long terme pour le vieux cul-de-sac du Tienne à Coulons qui mène à notre Refuge."