Après de longs mois d'incertitude, le CPAS de La Louvière connait enfin le nom de son directeur général. Le Conseil d’État a décidé de rejeter les recours de Bernard Antoine, candidat malheureux à ce poste, à l’encontre de la désignation de Denis Morisot, en poste depuis juin 2018.

C'est donc ce dernier qui occupe désormais officiellement et "légalement" le poste. "Le management de l’institution est par conséquent assuré dans une continuité bienvenue, à l’heure où les circonstances sanitaires requièrent plu que jamais la mobilisation de tous les acteurs en place", commente la Ville de La Louvière.

La saga de cette nomination au poste de directeur général du CPAS touche donc à sa fin. En octobre 2018, un premier recours avait été cassé par le Conseil d'Etat qui jugeait légale la délibération du conseil de l’action sociale. Lors de celle-ci, Bernard Antoine, directeur général stagiaire, n’avait pas été nommé mais versé dans une réserve de recrutement. Et ce malgré les épreuves réussies avec succès par ce dernier.

Rétroacte : en mars 2015, plusieurs candidatures étaient déposées dans le cadre d’une procédure de recrutement. Quelques mois plus tard, cinq candidats présentaient les épreuves. Seul Bernard Antoine les réussissait haut la main. En octobre, le CPAS décidait d’annuler ceux-ci. Fin 2016, un premier recours était introduit auprès du gouverneur, faisant annuler la décision du CPAS de ne pas tenir compte de ces premiers examens. 

Le CPAS réorganisait dans la foulée un nouvel examen oral pour les candidats : examen à nouveau réussi par Bernard Antoine. La candidature de ce dernier était toutefois versée dans une réserve de recrutement… tandis qu’une nouvelle procédure de recrutement en interne a été relancée. À l’issue de celle-ci, c'est bien un autre candidat, Denis Morisot, qui était préféré à Bernard Antoine. C'est à ce moment là que le candidat refoulé a décidé d'encore contre-attaquer via différents recours dont l'issue est désormais scellée.