Me Redko met en évidence qu'il n'a pas été proposé à sa cliente de faire un test d'haleine.

Les faits se sont produits le 31 juillet 2016. Ce jour-là, Marjorie née en 71, a pris le volant en ayant bu. Alors qu'elle se trouvait sur la Chaussée de Mons à Soignies, l'habitante de Cuesmes s'est retrouvée face à face à un combi. Et pourtant, elle n'a pas hésite à faire marche-arrière et à "prendre" un sens interdit juste après. Les policiers de la zone de la Haute Senne ont, du coup, arrêté la conductrice.

Les membres de la zone de la Haute Senne qui ont trouvé une cannette de bière vide sur un des sièges du véhicule n'auront pas eu tâche facile. Ils ont tenté à quatre reprises d'effectuer le test d'alcoolémie sur la quadragénaire. En vain. Marjorie a, du coup, dû se soumettre à un prélèvement sanguin! Le résultat fut, sans conteste, positif. Un taux de 2,38g d'alcool par litre de sang a été relevé! Marjorie a, en effet, reconnu avoir bu deux cannettes de 50cl de Leffe, une de bière ainsi qu'un Amaretto.

Lors de sa première comparution devant le tribunal de police, l'habitante de Cuesmes a été condamnée à 1800 euros d'amende avec un sursis pour les deux tiers. ainsi qu'à une déchéance du droit de conduire de deux mois avec un sursis pour la moitié. Mais elle a fait appel. Son avocat, Me Christophe Redko, demande son acquittement.

Et pour cause...L'avocat estime que les policiers ont commis une faute en ne proposant pas le test d'haleine à sa cliente. "Ce n'est pas parce qu'un test d'haleine est impossible, qu'une analyse d'haleine est impossible. La force avec laquelle on doit souffler pour une analyse d'haleine n'est pas la même."Or, la loi veut que trois conditions soient réunies pour procéder au prélevement sanguin: que les tests d'haleine mais aussi les analyses n'aient pas pu être effectués et que la personne ait un comportement qui laisse penser qu'elle a bu. Et Me Redko de préciser: "En outre, ma cliente avait apparemment une élocution et une démarche normales"

Et de citer en exemple un jugement définitif du tribunal de police de Charleroi datant de 2012 ayant acquitté un contrevenant dans la même situation de la prévention d'imprégnation alcoolémique.

Me Redko demande également l'acquittement pour la prévention de sens interdit. "Les policiers ont relaté avoir été mis face à un véhicule qui circulait face à eux. Comme ils sont impliqués manifestement dans l'infraction, leurs constatations ne peuvent suffire. Comme elles ne font pas foi, il convient d'acquitter ma cliente." Subsidiairement, l'avocat de Marjorie demande la clémence du tribunal justifiant que sa cliente travaille à horaires flexibles du lundi au dimanche.