Centre Du fitness, un terrain multisports, des jeux pour enfants, des tables de jeux de société et un mur de One wall à deux pas du centre.

C’est l’apothéose d’un vaste plan de dynamisation du sport qui s’apprête voir le jour au Roeulx. Après avoir bâti un complexe sportif, des terrains de football ou encore des espaces multisports dans chaque village de l’entité, voilà désormais une surface extérieure de 2 500 m² dédiée à réunir toutes les générations. Ce nouvel espace sera construit en plein centre, à 250 mètres de l’hôtel de ville, pour permettre à tous les habitants d’en profiter.

Dans un cadre arboré, le projet prévoir l’installation de modules de jeux pour enfants, d’un terrain synthétique pour la pratique de plusieurs sports (football, basket-ball, volleyball, tennis), de tables de jeux de société, de deux terrains de pétanque, d’un mur de onewall de 5 mètres de haut et d’un espace de fitness urbain. "Ce sont des riverains et des jeunes, réunis dans un comité d’accompagnement, qui ont déterminé les nécessités pour ce projet" , précise l’échevin des sports Jean-Francis Formule. "Les plans ont donc été réalisés sur base de leurs desiderata."

Une exclusivité pour la région sera la note écologique dédiée à la pratique du fitness. Les personnes qui utiliseront ces modules pourront tranquillement recharger leurs appareils électriques (smartphones et tablettes). La pratique sportive transformera mécaniquement l’effort déployé en énergie électrique. "Nul doute que ces appareils connaîtront un succès immédiat dans ce monde énergivore que nous connaissons tous."

Un seul équipement prévu émane d’une demande directe de la Région wallonne : le mur de One wall (sorte de jeu de paume sur un mur). "C’était une demande d’InfraSports qui estimait que l’idée était bonne d’installer cela ici puisqu’il n’y en a aucun dans la région. Or, nous sommes dans une région qui était autrefois baignée dans le jeu de balle. Ce n’est pas une mauvaise idée."

Sans InfraSports, il est vrai que le projet n’aurait jamais vu le jour. Les travaux sont budgetisés à hauteur de 470 000 euros, subsidiés à 85 % par la direction des Infrastructures sportives en Wallonie. "Nous venons de lancer le marché public afin de désigner l’entreprise. Dans un mois, nous analyserons les différentes offres puis nous retournerons vers Infrasport qui devra avaliser notre décision. Nous devrions donc patienter encore cinq mois avant le début des manœuvres."

Dans la même série « J’aime ma commune »

- Le dossier éco-friendly

- Le dossier festif

Avec le soutien d'AXA

© DR

© DR

© DR

© DR