Un délai de 52 jours pour trouver 1,5 million d'euros. C'est le défi que s'est lancé l'asbl Phare le 15 novembre dernier avec pour objectif de racheter le château de Thieusies, une bâtisse qu'elle loue actuellement à un propriétaire sonégien. Cette association, qui lutte pour venir en aide aux personnes en difficultés, rêve de reprendre la propriété du château pour y établir de manière pérenne une maison d'hébergement d'urgence pour les enfants en situation de détresse.

Le problème, c'est que cet objectif d'1,5 million d'euros est tout simplement colossal. Trop sans doute, surtout en cette période de crise économique. Alors que la levée de fonds se termine ce jeudi 7 janvier, la cagnotte vient seulement de passer le cap des 30 000 euros, soit 2 % de l'objectif. "C'est vrai que nous n'y sommes pas vraiment", admet Peter Pluim de l'asbl Phare. "Mais nous ferons le point jeudi. On peut toujours espérer un miracle donc nous ne lâcherons rien jusqu'au bout."

En attendant et au vu de l'évolution de la cagnotte, l'asbl Phare a raisonnablement prévu un plan B. "Les personnes démunies sont toujours là. La demande d'hébergement reste importante donc notre projet également. Le rêve était d'obtenir 1,5 million. Néanmoins, nous avons tout de même eu plus de 200 donateurs. Nous sommes vraiment fiers d'eux. Forcément, si le but n'est pas atteint, l'argent sera rendu mais nous leur proposerons quand même de continuer l'aventure avec nous."

Locataire du château avec une option d'achat, l'association va dans un premier temps demander une prolongation du bail. "Nous allons discuter avec le propriétaire pour voir ce qu'il est possible de faire. Plusieurs stratégies sont possibles mais avant de les communiquer nous allons d'abord nous réunir une fois la collecte terminée pour en discuter", précise Peter Pluim. 

Cette association se veut être un lieu d'accueil et de partage. "Le Phare" est un acronyme pour Protection, Hébergement, Amour, Réinsertion et Équilibre. Des mots chargés de sens pour l'association qui accueille des personnes qui ont rencontré, au cours de leur vie, des difficultés : sans abris, femmes victimes de violences, réfugiés, ou jeunes sans repères. De cette association est née l'asbl Persée, un projet de maison d'hébergement d'urgence qui pourrait se concrétiser avec l'achat du château.