L’incertitude plane plus que jamais sur l’organisation des carnavals. Si la ville de Binche a souhaité couper court aux rumeurs évoquant déjà une annulation des festivités, la ville de La Louvière est globalement logée à la même enseigne : elle ne peut, à ce stade, ni assurer qu’elles seront organisées, ni annoncer leur annulation. C’est, sans surprise, le contexte sanitaire du moment et la possibilité d’organiser les choses différemment qui donneront le ton.

"Nombreux sont ceux qui ne digéreraient pas le fait de devoir se passer une seconde fois de ces festivités, importantes pour notre commune", explique Laurent Wimlot (PS), échevin en charge de l’animation de la cité. "Aujourd’hui, nous ne pouvons présager de rien. C’est l’évolution de la crise sanitaire qui guidera nos choix." Une réunion avec les responsables de chaque société carnavalesque sera organisée le 30 septembre prochain.

En 2021, le Laetare devrait être organisé du 14 au 16 mars. Malheureusement, les probabilités que la Belgique soit sortie de la crise d’ici là sont minces. "Nous sommes très inquiets de la suite des événements. Au-delà de l’aspect festif et convivial que représentent les carnavals organisés dans chaque village, il y a l’aspect économique. L’organisation de ces festivités est primordiale pour bon nombre d’établissements horeca. Si ceux-ci ne survivent pas à la crise et à une nouvelle annulation, la situation sera compliquée."

Pour rappel, la ville de La Louvière avait déjà été contrainte d’annuler, la mort dans l’âme, les festivités 2020. Le Laetare, comme les carnavals d’Houdeng, de Maurage et de Saint-Vaast étaient concernés par cette décision. Pour malgré tout marquer leur soutien au folklore local et à ses acteurs, les autorités communales avaient annoncé doubler les subsides accordés aux sociétés privées de carnaval en 2020.

Le montant global annule prévu passe ainsi de 37 225 euros à 73 270 euros dans les perspectives de la relance des carnavals en 2021. Seules les sociétés présentes, si elles le peuvent, aux festivités de 2021 peuvent cependant prétendre à cette hausse de subsides. Si cette aide financière doit permettre aux sociétés de maintenir la tête hors de l’eau, elle ne garantit aucunement la bonne tenue de l’événement en début d’année prochaine…