Centre

Le président de l'Union des commerçants évoque plusieurs raisons.

C’était pour les commerçants du centre-ville l’occasion de faire gonfler les ventes. Malheureusement, la braderie de La Louvière a été un véritable flop. Samedi, quelques badauds ont bien franchi la porte des magasins participants. Dimanche par contre, les commerces sont pour la plupart restés bien vides. Aujourd’hui, certains dénoncent un manque de communication autour de l’événement.

Un rapide sondage sur les réseaux sociaux a permis de prendre la température. Ce sont des centaines de Loups qui ont avoué ne pas avoir eu connaissance de l’organisation de cette braderie. Du côté de Michel Bury, président de l’Union des Commerçants Indépendants Louviérois (UCIL), on pointe plusieurs facteurs pour expliquer cet échec.

"La météo de dimanche n’a certainement pas joué en notre faveur et peut donc expliquer un manque de fréquentation en centre-ville", explique-t-il. D’autant plus qu’au sein du centre commercial Cora, une braderie était également organisée ce week-end. "Nous n’étions pas au courant qu’elle avait lieu le même week-end. Et vu les conditions climatiques, les clients se sont certainement plus volontiers dirigés vers une galerie commerciale couverte."

Mais la météo ne fait pas tout. "J’ai pris connaissance des reproches formulés quant à la communication : c’est peut-être un peu vrai.Il y a en des affichages en magasin et 250 affiches ont été distribuées par la gestion centre-ville. C'était peut-être trop peu. D’autres ont évoqué l’organisation d’une course cycliste en centre-ville et donc des rues moins accessibles. Je ne suis pas persuadé que la course soit en cause puisque rien ne nous dit que certains spectateurs n'en ont pas profité pour faire un tour en ville, mais je comprends que l’on s’interroge."

Le président de l’UCIL ne cherche aucune excuse, plutôt des solutions. "J’ai entendu et lu beaucoup de choses. Je peux assumer ma part de responsabilité mais surtout, je peux en tirer les leçons qui s’imposent. Depuis que la journée du client a été déplacée de fin septembre au premier week-end d’octobre il y a deux ans, la braderie d’automne pose problème. La fréquentation n’est pas à la hauteur des espérances."

Et de poursuivre : "La journée du client et la braderie sont deux activités différentes. Il faut donc étudier l’opportunité de changer la date de notre braderie, en la maintenant début octobre mais pas nécessairement le premier week-end. En collaboration avec la gestion centre-ville, les commerçants seront sondés. Il n’est pas question pour moi de décider seul, le choix de la période sera collectif. Mais je pense qu’une discussion s’impose afin de se repositionner et rebondir."

Notons encore que si la braderie d’automne a pris l’eau cette année, ce n’était pas le cas de la braderie de printemps, qui avait connu un très joli succès.