Une demande de permis a été déposée pour réhabiliter la crayère de Cronfestu.

Les citoyens de Morlanwelz et La Louvière avaient jusqu'à ce lundi 9 mars pour s'opposer au projet d’assainissement de l’ancienne crayère de Cronfestu. Il s'avère déjà que beaucoup de formulaires de contestation ont été remplis et remis à l'administration communale morlanwelzienne. Et ce, notamment grâce à l'impulsion donnée par la commune elle-même. Sur les réseaux sociaux et son site internet, la commune a en effet grandement incité ses citoyens à s'opposer au projet.

D'abord rien que par le fait de publier cette information (en plus de l'enquête publique classique), en sachant que les autres projets ne reçoivent habituellement pas le même traitement. Mais aussi en proposant un formulaire d'opposition tout fait, avec les doléances déjà rédigées, et sur lequel il ne restait plus qu'à écrire ses coordonnées. "Si vous désirez le compléter mais ne possédez pas d'imprimante, vous pouvez vous rendre directement à l'accueil de l'hôtel communal pour le signer sur place", est-il même précisé.

© DR

"Cela entre dans le jeu de l'enquête publique", tempère malgré tout Stéphane Verstraete, l'administrateur délégué de Energy4Circle, le porteur de projet. "Ce sera ensuite aux autorités de tutelle à prendre position. Si la commune prend cette attitude-là, c'est son droit et il faut le respecter. Chacun a le droit de s'exprimer. Nous verrons bien quelles seront les conclusions à tirer après l'étude d'incidence. Nous sommes en tout cas très ouverts et transparents par rapport à ce projet."

Ce qui l'étonne en revanche, ce sont les arguments avancés dans le formulaire proposé par la commune. "Parce que nous avons tenu compte de toute une série de remarques émises par la commune, notamment au niveau de la réduction du charroi à 25 camions par jour. Ce qui ne représente en réalité qu'une augmentation de 0,5% du charroi déjà présent sur la N563 qui est la route d'accès au site. Nous avons aussi écouté toutes les doléances lors d'une réunion de présentation que nous avons organisée alors qu'elle n'était pas obligatoire."

Pour rappel, il s'agit d'un projet de réhabilitation complète de l'ancienne crayère de Cronfestu. Un vaste parc de 8 500 panneaux photovoltaïques sera construit après la réhabilitation (remblaiement partiel) et l’assainissement (confinement) de l’ancienne crayère. Cette première phase nécessitera l'extraction des terres et la préparation des sols durant environ quatre années. La phase finale avec le placement des panneaux devrait quant à elle prendre entre six et huit années. Ce qui signifie que l'ensemble du projet ne sera probablement pas terminé avant 2030. Du moins, si la demande de permis est acceptée.

© DR

© DR