Depuis quelques mois, la Ville de La Louvière et la police locale ont acquis quatre caméras mobiles, dont une thermique. Celles-ci sont, qui sont des nouveaux moyens de contrôle, sont ainsi placées régulièrement à des endroits stratégiques afin de lutter contre le fléau des dépôts sauvages de déchets. Et le moins que l'on puisse écrire c'est que ces outils sont efficaces.

Pour la période du 1er au 31 octobre 2020, la police louviéroise a rédigé pas moins de 38 procès-verbaux pour 38 dépôts clandestins. Ces dépôts ont été constatés à la rue de la Station, à l’Avenue de l’Europe, à l’Avenue Léopold II, à la rue Infante Isabelle ou encore à la rue du Cimetière. Dans chaque cas, une enquête de terrain est menée afin d'identifier les auteurs qui sont bien souvent déjà identifiables grâce aux images. 

Ceux-ci recevront prochainement une amende bien salée. "Nous le répétons, l’heure n’est plus à la sensibilisation, à la prévention mais à la répression", insiste la police. "Les pollueurs seront les payeurs. Un dépôt clandestin peut entraîner une amende allant de 1 000 à 100 000 euros !"