Le PTB estime de ne pas être en position de négocier, le PS estime que le PTB n'a pas souhaité faire aboutir ces négociations

Ce mardi et alors que les négociations se poursuivaient dans la Cité des Loups pour une éventuelle ouverture de la majorité par les socialistes, le PTB (7 élus) a décidé de quitter la table, estimant que « les conditions ne sont pas réunies pour une participation à une majorité communale avec le PS. » Une majorité qui, rappelons-le, est absolue.

« Le PTB tenait à vérifier si le Parti Socialiste était prêt à la politique de rupture que les électeurs du PTB attendent. Nous avons posé des questions sur les leçons qu’a tiré le PS des résultats des dernières élections et sur sa réponse face aux enjeux sociaux devant lesquels la ville est confrontée. Comme le parti Ecolo l’a également constaté, la majorité absolue du PS ne nous permet pas de peser numériquement dans la balance pour infléchir la politique qu’il a mise en œuvre ces dernières décennies », communique le groupe.

Et de citer quelques exemples. « Nous voulons des logements publics de qualité et bon marché, une fiscalité communale qui s’appuie sur ls épaules les plus larges et non pas uniquement sur les épaules des travailleurs et des petits indépendants, la création d’un bureau d’éthique et de déontologie ainsi que la publication des mandats privés et publics des élus. Nous n’avons pas senti au PS une volonté suffisante de faire bouger les lignes sur ces thèmes. »

Mais le PTB évoque aussi le climat politique global qui entoure cette période post-électorale. « Nous devons constater que le PS s’est lancé depuis plusieurs jours dans une campagne de communication systématique contre le PTB à partir du Boulevard de l’Empereur. Cette campagne montre à quel point le PS n’a jamais été dans une démarche de discussion sincère. L’enjeu pour ce parti est surtout de se débarrasser d’une manière ou d’une autre d’un parti à sa gauche qui se révèle trop encombrant. »

De son côté, le PS rappelle « la nécessité de prendre ses responsabilités afin de gouverner ensemble » et insiste : « le PS désire une majorité où chacun de partenaires pourra répondre aux attentes de ceux qui les ont mandatés tout en tenant compte des intérêts globaux et de la collectivité. »

Les trois rencontres organisées entre le PS et le PTB n’auront finalement pas porté leurs fruits. « Afin d’alimenter les discussions, le PS a préalablement à ces rencontres, réalisé une analyse du programme national du PTB et de ses 160 actions. Le PS a fait part de sa convergence politique avec plus de 90% des propositions formulées et a demandé à plusieurs reprises une note détaillant la faisabilité financière de certaines propositions qu’il avançait… En vain. »

Le PTB n’aurait donc transmis aucun document. « Avec grand regret, résultat d’un constat généralisé dans les communes où le PTB a obtenu le soutien de nombreux électeurs, le PS prend acte qu’il reste le seul rempart de la gauche responsable et est surpris de constater que le PTB renforce l’emprise de la droite antisociale en refusant de prendre ses responsabilités. »

Les rencontres avec le groupe MR-IC et avec Plus&cdH se poursuivent.