C’est une situation pour le moins interpellante qui a été dénoncée sur les réseaux sociaux par quelques internautes, inquiets à l’égard du propriétaire d’un véhicule qui accumule les redevances. Plus d’une dizaine de "papillons" ont en effet été glissés sous les essuie-glaces de ce véhicule, stationné à la rue Omer Lefebvre à La Louvière. La rue est reprise dans le quartier du Parc et est située en zone bleue.

"J’imagine que cette voiture est en panne ou appartient à une personne âgée, peut-être avec des problèmes de santé, mais en Belgique, on ne cherche pas plus loin", dénonce l’auteur de la photo, qui cherche à identifier le propriétaire afin que celui-ci puisse être informé "du racket et acharnement sur son véhicule." De très nombreuses réactions similaires ont été rédigées sous la publication initiale.

Dans la Cité des Loups, c’est la société CityParking qui contrôle le stationnement. Contactée, cette dernière nous explique ne pas être en mesure de faire plus. "Dans ce genre de cas, nous ne pouvons rien faire, nous ne pouvons que signaler la situation à la police, qui décide ou non d’intervenir. Elle peut ainsi procéder à quelques vérifications, par exemple en s’assurant que le propriétaire n’est pas décédé."

Et de poursuivre : "Nous sommes régulièrement confrontés à des cas particuliers, par exemple un automobiliste qui déplace son véhicule de rue en rue, sans payer, en espérant ne pas être pris. Certains s’opposent au contrôle du stationnement et soutiennent mordicus qu’ils ne paieront pas malgré la multiplication des redevances. À Zaventem, certains abandonnaient leur véhicule dans une rue à proximité pour éviter de payer un parking et partaient en vacances."

On imagine évidemment mal qu’à La Louvière, cette dernière explication soit plausible. "De notre côté, nous n’avons pas le contrôle sur la situation : tant que la police n’a pas émis d’avis contraire, nous continuons à sanctionner." Nous nous sommes évidemment tournés vers la police locale de La Louvière afin d’en savoir plus sur les circonstances de ce stationnement infractionnel. "Si l'on n'est pas informé de la situation, on ne peut rien faire!" peste le commissaire Michel Belluz, responsable de la proximité. "Nous avons constaté les faits ce vendredi et, via la plaque d'immatriculation, retrouvé la propriétaire du véhicule."

Il s'agit d'une dame, âgée d'une soixantaine d'années, actuellement malade. "Elle a laissé son véhicule là, peut-être sans se rendre compte du montant qu'elle aurait à payer... Nous avons pris contact avec sa fille, cette dernière viendra déplacer la voiture ce vendredi soir." Au total, le commissaire comptabilise une douzaine de redevances. "L'agent de quartier circule en rue mais n'a pas les yeux rivés sur les parebrises des voitures car le stationnement n'est plus de notre ressort. Ce que nous ne comprenons pas, c'est qu'un agent de CityParking ne se soit pas rendu compte qu'il y avait probablement un problème et qu'il ait continué à sanctionner sans nous prévenir !"

Un contact allait être pris avec CityParking afin de rappeler la marche à suivre dans pareille situation...