C’est un pas de plus vers davantage de transparence à une époque où, peut-être plus que jamais, le citoyen manifeste son profond désintérêt pour la politique, y compris locale. La ville de La Louvière entend en effet permettre aux citoyens d’accéder à une série de documents indispensables au déroulement des conseils communaux et, surtout, à leur bonne compréhension.

Car pour beaucoup, le fonctionnement même d’une séance publique du conseil communal reste flou. "Nous travaillons actuellement avec l’intercommunale iMio, qui a développé un produit qui permet de rendre accessible aux citoyens les notes du conseil communal et les projets de délibération des points en amont du conseil, dans le cadre du décret sur l’open data et l’accessibilité des documents", confirme Rudy Ankaert, directeur général.

Il faudra cependant encore attendre puisque la démarche, si elle est à saluer, n’en est qu’à ses balbutiements. "Pour l’instant, nous sommes dans une phase pilote. Ce qui signifie que les balises ne sont pas encore déterminées. Il y a une série de balises légales à laquelle nous devons pourtant nous plier en matière de protection des données à caractère privé."

Les discussions qui se tiennent à huis-clos, et donc en dehors de la séance ouverte au public, ne peuvent naturellement pas être exposées à la vue de tous. "Pas plus qu’une série d’autres éléments qui pourraient apparaitre dans les notes explicatives et qui relèvent de la vie privée", précise encore le directeur général.

Toujours est-il que le projet est sur de bons rails et qu’il devrait permettre aux Louviérois intéressés de mieux appréhender les conseils communaux. C’est d’ailleurs en ce sens que Merveille Siassia (MR-IC), conseiller communal, avait déposé une motion en novembre 2019. Cette dernière avait été rejetée par la majorité PS-Ecolo, le bourgmestre ayant proposé la constitution d’un groupe de travail entre chefs de groupe, mais le conseiller "se réjouit aujourd’hui de constater que la ville a fait le nécessaire."

Notons encore que la mise à disposition de ces documents viendra compléter d’autres initiatives déjà concrétisées, par exemple la captation et la diffusion en direct des échanges… Et le maintien des enregistrements sur la chaine YouTube de la ville a posteriori.