Centre

Les camions peuvent à nouveau accéder au site

Depuis plusieurs jours déjà, une délégation de travailleurs de NLMK Clabecq occupe le site de La Louvière et de Manage pour protester contre le plan de restructuration annoncé sur le site brabançon. Une situation que la direction de NLMK regrettait et qu'elle espérait voir prendre fin. Ce lundi, un huissier s'est donc rendu sur le site louviérois afin de contraindre les grévistes à laisser passer les poids lourds.

Au total, 96 policiers, la moitié issue de la police locale de La Louvière et l'autre moitié de la police fédérale, sont intervenus. Si globalement, l'opération s'est déroulée dans le calme, quatre manifestants ont été arrêtés administrativement. La police locale nous précisait cependant que leur libération ne devrait pas tarder.

Les camions peuvent dès à présent accéder et quitter les deux sites industriels. "Nous comprenons les difficultés des travailleurs de Clabecq pou les avoir vécues en 2013. Néanmoins, touts les décisions liées à la situation de NLMK Clabecq ne peuvent être prises que par la direction de ce site. Seul le dialogue amènera à des solutions. Après plus d’une semaine de blocages, nous ne pouvions plus accepter une telle situation et assumer les conséquences de tels blocages sur la marche de nos installations, nos travailleurs et nos clients, c’est pourquoi nous avons pris les mesures qui s’imposaient pour préserver les sites de La Louvière et de Manage» explique Renaud Moretti, CEO de NLMK Europe - Strip Products.

Vendredi, la direction avait en effet regretté ces actions par voie de communiqué. « Les blocages des sites de la Louvière et de Manage ont des conséquences sur la marche de nos installations, mettent en difficultés nos travailleurs et impactent lourdement nos clients. Ils ne démontrent pas la volonté de dialogue évoquée par les représentants des syndicats de NLMK Clabecq. »