La RAAL obtiendra-t-elle le soutien de la ville de La Louvière pour construire le nouveau stade dont elle rêve ? Les probabilités semblent hautes, puisque le club est le seul à avoir introduit un dossier dans le cadre de l’appel à projets lancé par la ville en mars dernier, et destiné à trouver un prestataire en mesure de moderniser et de dynamiser le site du Tivoli, ou du moins une partie de celui-ci.

Le club et ses supporters auraient espéré avoir de bonnes nouvelles le 15 juin dernier, mais l’on apprenait, ce jour-là, que le dossier était toujours en cours d’analyse auprès des services de la ville. Ce n’est désormais plus qu’une question de jours avant que le couperet ne tombe. "Avant la fin de ce mois, et donc probablement ce lundi, le collège communal sera amené à prendre attitude sur l’offre déposée par la RAAL", a confirmé le bourgmestre, Jacques Gobert (PS), lors du dernier conseil communal.

Le fait que le club soit candidat unique à l’issue de cet appel à projets laisse évidemment présager de bonnes nouvelles, d’autant plus que son dossier semble être particulièrement bien ficelé. En mai dernier, il avait d’ailleurs levé le voile sur ses ambitions, annonçant que le rugby trouverait également sa place dans ce stade flambant neuf, fermé, avec quatre tribunes et des angles joints. Le projet, s’il obtient les permis, serait financé exclusivement par la RAAL.

Rien n’est évidemment joué et le collège communal pourrait poser certaines conditions avant de céder le site via un bail emphytéotique de 99 années, pour un canon annuel s’élevant à 7000 euros. Pour trancher, ce dernier s’appuiera sur l’avis d’un jury, composé de représentants des différents services communaux concernés, mais aussi du bureau Vigano, qui a planché sur le projet de ville de La Louvière. Objectif, assurer la cohérence du projet avec les ambitions de la commune.

Rappelons encore que la RAAL ambitionne d’être prête en juillet 2023, ce qui l’obligerait à lancer les travaux en juillet 2022. Le stade, de catégorie 3, est pensé pour pouvoir évoluer en catégorie 4, ce qui lui permettrait alors d’accueillir des matches de coupe d’Europe. S’il venait à sortir de terre, ce nouveau complexe serait le premier depuis plus de 50 ans en Wallonie.