C’est un conseil communal interminable qui s’est tenu ce mardi soir au Louvexpo. Si de nombreux points ont naturellement suscité le débat (présentation du budget, présentation du plan de relance), la séance s’est d’emblée ouverte sur de longues discussions. En effet, les conseillers étaient invités à voter la nouvelle mouture du règlement d’ordre intérieur (ROI) qui intègre, entre autres, la possibilité de filmer et de diffuser en direct le conseil, en plus de stocker les images.

Si tous ont salué cette avancée non-négligeable en matière de transparence et de participation citoyenne, l’opposition a dénoncé des changements qui contribuent à "la museler". Il n’est par exemple plus possible pour les conseillers, auteurs d’une question orale d’actualité, de répliquer. "On peut se réjouir de l’intégration de certains points mais aussi regretter de ne pas avoir été entendus sur la proposition de permettre à nouveau la réplique", a lancé Loris Resinelli (Plus&CDH).

« C’est dommageable, cela ne permet pas d’ouvrir le débat. » Un constat partagé par le PTB qui, par la voix de Livia Lumia, a estimé qu’il s’agissait "d’une façon de museler l’opposition, de faire taire la voix des gens." S’il fut un temps où les élus pouvaient échanger plus longuement sur ces questions orales d’actualité – qui arrivent en fin de conseil, après épuisement de l’ordre du jour – le temps est désormais limité à deux minutes pour l’auteur de la question et pour l’échevin répondant.

D’une même voix, l’opposition a réclamé du changement. "Des questions auxquelles la majorité n’est pas préparée ne permettent en effet pas d’obtenir des réponses construites et d’ouvrir le débat", confirmait Xavier Papier (Plus&CDH). "Pourquoi dès lors ne pas permettre la réinscription préalable de questions écrites auprès du collège ? Il est temps de remettre ces questions au ROI afin de permettre les interventions et les réponses."

On notera encore que l’opposition a vivement fustigé la réduction de la place accordée à la parole des partis dans le magazine communal, La Louvière à la une, qui passe d’un encart de 2000 caractères à 1200. "C’est le seul endroit d’expression de l’opposition alors que le reste de la revue permet à la majorité de promouvoir ses actions. C’est un pas en arrière en termes d’expression démocratique", ajoutait Loris Resinelli.

Des propos qui ont été entendus par la majorité sans pour autant que cette dernière ne change son fusil d’épaule et n’accepte de remettre au cœur du conseil des débats plus longs et plus spontanés, pas plus que d’ouvrir la séance avec lesdites questions orales d’actualité, comme le suggérait Olivier Destrebecq (MR). Ce qui, ce mardi, aurait probablement changé la donne pour les spectateurs, nombreux à quitter la séance avant même qu’elles ne soient ouvertes, en début de nuit, à l’issue de plus de six heures de conseil.