Le moment était à l’émotion. Après plus d’un an et demi de fermeture, le Gazomètre, à La Louvière, a rouvert ses portes et réaccueilli du public au sein de la salle de lecture et de l’espace public numérique (EPN). Pour les équipes de la bibliothèque, il s’agit d’une nouvelle étape, et pas des moindres, compte tenu de l’envergure du chantier. Le gazomètre représente un investissement provincial de quelque cinq millions d’euros et accueillera, à terme, trois sections de la bibliothèque provinciale.

L’extension, de quelque 1700 mètres carrés, est construite sur trois niveaux, ce qui double la surface disponible. Des passerelles vitrées relient l’ancien bâtiment à l’annexe et des terrasses permettent d’accueillir le public lors des beaux jours. "Nous avons retrouvé notre public, dont nos plus anciens lecteurs", se réjouit Agnès Weyers, responsable de l'EPN et de la salle de lecture. "L’un de nos habitués vient lire son journal chaque jour ici, discuté avec d’autres personnes. C’était vraiment chouette de le retrouver."

© D.R.

Plus qu’une bibliothèque, le Gazomètre souhaite s’imposer comme un lieu de rencontres et d’échanges. "On parle souvent de troisième lieu, celui que l’on aime rejoindre pour un tas de raisons après l’école et avant la maison par exemple, sans forcément que cela ne soit pour lire." La section adulte sera installée au rez-de-chaussée du nouveau bâtiment tandis que les périodiques seront proposés au premier étage.

"Nous prévoyons également un espace d’exposition. Nous en avons déjà un, mais il sera plus grand, et accessible aux artistes de la région et d’ailleurs, sur base d’un book. C’est gratuit, la seule condition imposée, c’est d’habiter la province de Hainaut." Si le chantier avance à grand pas, il faut encore compter près de deux ans de travail pour que le dossier soit bouclé. "Le travail a débuté au niveau des extérieurs, pour aménager des parkings réservés aux lecteurs, aux employés. Un parc sera aussi réalisé par la commune afin de relier le Point d’Eau à la bibliothèque."

Restera ensuite à rénover l’ancien bâtiment, devenu vétuste, afin de lui offrir un second souffle. "Il est prévu de faire du neuf avec du vieux, grâce à un travail sur les façades extérieurs, l’habillage, les châssis, les radiateurs,… Lorsque nous l’avons occupés nous l’avions repris en l’état, mais il est nécessaire de faire quelque chose. La section jeunesse, avec une ludothèque, un espace créatif et une scène dédiée aux spectacles et au théâtre y trouveront in fine leur place." Bref, il s’agira d’une véritable bibliothèque 2.0.