Le phénomène de désertification des centres-villes n’épargnait pas la Cité des Loups et la crise pousse les commerçants à craindre le pire dans les mois et années à venir. Persuadés que des initiatives peuvent être prises pour éviter les faillites en chaine, l’Union des Commerçants et Indépendants Louviérois (UCIL) vient de mettre en ligne un sondage destiné à recueillir les avis, les envies et idées d’amélioration des principaux intéressés.

Objectif, formuler des propositions et établir un plan d’actions "en collaboration avec l’adminsitration communale de La Louvière." Pour l’UCIL, la relance doit notamment passer par le divertissement. "Que faut-il dans les villes pour attirer la clientèle ? De grandes enseignes", explique Mehdi Mrakha, président de l’UCIL. "Pour attirer les grandes enseignes, il faut un flux piéton et pour avoir un flux piéton, il faut quelque chose qui l’attire !"

Un quelque chose qu’il manque probablement à la ville de La Louvière. "Il faut donner l’envie à la clientèle de sortir, de s’amuser,… Ca passe par des animations en journée, à destination des enfants, qui se prolongent en soirée par des concerts, par exemple. Ça passe aussi par l’organisation de nouveaux événements. Ce qu’il faut, c’est générer l’envie en misant sur un centre-ville dynamique au sein duquel il se passe quelque chose."

Pour confirmer sa théorie, le président donne donc la parole aux commerçants et indépendants. Ceux-ci sont invités à se prononcer sur une série de questions aux thèmes variés : Plus d’animations en centre-ville pourraient-elles être utiles à la fréquentation du commerce ? Voulez-vous voir le secteur artistique associé au développement économique (artistes de rue, musiciens,…) ? Commercialement, préférez-vous un gros événement tous les 3 ans ou 1 plus petit chaque année ? Voulez-vous que chaque rue puisse organiser des mini-braderies ou événements de quartier dans sa zone ?

À ces questions plutôt centrées sur l’événementiel s’ajoute une série d’interrogations liées à l’organisation même de l’activité économique (offre d’heures de parking gratuit, rendre les trois places accessibles aux voitures durant l’hiver, réviser les heures de fermeture du secteur horeca,…) ou encore au plan de relance proposé par la majorité PS-Ecolo (Estimez-vous nécessaire une aide en cash pour soutenir votre entreprise ?).

Un plan de relance qui, pour rappel, n’a pas convaincu les commerçants, qui estiment que sans aide immédiate et numéraire, beaucoup ne survivront pas à la crise.