Lors de la première vague de contamination covid-19 et du premier confinement, certaines villes wallonnes avaient pris des dispositions en matière de stationnement. D’une part pour aider les commerçants restés ouverts en encourageant les citoyens à se tourner vers eux, d’autre part parce que le télétravail étant la norme, les centres-villes ont été désertés.

Ainsi, de nombreuses sociétés chargées de contrôler le stationnement s’étaient mises en stand-by. Est-ce à nouveau le cas, alors que la deuxième vague est bel et bien là ? Dans la Cité des Loups, les contrôles se poursuivent, au grand damne de certains citoyens, surpris de découvrir un PV sur leur parebrise.

"J’en ai fait les frais il y a quelques jours pour 10 minutes, le temps de charger l’auto d’un achat volumineux chez un commerçant local... En bon joueur, j’ai payé mais j’ai trouvé cela déprimant en cette période. Je sais qu’il y a l’heure gratuite mais je l’avais déjà utilisée", explique sur Facebook une internaute, rejointe par d’autres dans ses propos.

Bref, mieux vaut continuer à apposer son disque bleu ou à remplir l’horodateur pour éviter une prune. Une autre mesure avait été prise par la ville pour malgré tout aider les commerçants du centre-ville : deux heures de gratuité, alors que selon cette dernière, le temps de stationnement en ville est estimé à une heure et six minutes.

La mesure est loin d’être bon marché pour la ville puis son impact se situe entre 150 et 200 000 euros. Elle restera d’application jusqu’au 31 décembre prochain.