Jamais deux sans trois. Ce sont désormais trois plaintes qui ont été déposées contre la personne de Pierrick Destrebrecq, un citoyen impliqué dans la vie culturelle louviéroise. La première, déposée par l’ex-échevine de la culture Leslie Léoni (PS), remonte désormais à quelques mois. La deuxième concerne des faits de calomnie et diffamation au préjudice de la ville de La Louvière entre le 2 et le 9 décembre 2020.

La troisième date de la semaine dernière et a été déposée par Philippe Neus, directeur du département vie associative, culture et touristique au sein de l’administration communale. Pierrick Destrebrecq a été entendu en tant que suspect dans le cadre d’un fait de harcèlement. Pour ce dernier, cette succession de plaintes à son encontre est destinée l’intimider.

"Cela devient un système d’intimidation, une forme de harcèlement visant à empêcher le débat et la parole citoyenne de se manifester", explique-t-il. "J’émets des opinions tranchées, c’est vrai. Mais je pense que l’on ne dirige pas une ville à coups de poursuites judiciaires. Le débat démocratique mérite mieux et instrumentaliser la police et la justice pour intimider des citoyens, c’est leur manquer de respect."

Le Louviérois ajoute que d’autres citoyens (Anne Lôwenthal, Guy Dewier et Philippe Decressac), proches de son entourage, ont fait l’objet de plaintes. "Ces plaintes s’apparentent davantage à un acharnement, à du harcèlement mais cela ne fonctionnera pas. Que du contraire : ça délie les langues, ça nous conforte dans le désir d’obtenir plus de débat, moins de clientélisme, moins de populisme et un retour du sens des priorités dans la gestion de la ville."

Concrètement, plusieurs faits sont reprochés à l’artiste. Ce dernier avait par exemple distribué dans les commerces et logements du centre-ville un tract, intitulé "qui cherche le troupeau trouve le loup", dans lequel il critiquait ouvertement la gestion (culturelle) de la majorité en place, et notamment les dépenses consenties dans le cadre de l’opéra urbain Décrocher la Lune. À plusieurs reprises, Pierrick Destrebecq a interpellé Leslie Léoni ou Philippe Neus.

"Je comprends que l’on puisse être critique quant à mes actions, à mon travail, mais je ne peux accepter que l’on me critique en tant que personne, maman et femme", explique l’ex-échevine, aujourd’hui députée fédérale. "C’est pourtant ce qu’il s’est passé, alors que j’ai toujours été disponible pour discuter ouvertement de la politique communale. En réalité, je n’attends pas grand-chose de cette plainte, je voulais simplement dire stop, montrer que ce n’est pas parce que je suis sur la scène politique que je dois tout accepter, tout subir."

Leslie Léoni l’affirme, elle n’a aucune volonté de museler le citoyen. "La liberté d’expression doit être respectée, le PS peut être critiqué, notre travail aussi. Mais les choses sont allées trop loin." Un sentiment partagé par Philippe Neus, qui a souhaité calmer le jeu via le dépôt d’une plainte. "On se rapproche du harcèlement, j’ai reçu de nombreux mails, des messages via Messenger, mon nom est régulièrement cité dans des publications Facebook,… On porte clairement atteinte à mon intégrité."

Pour ce dernier, les choses sont allées trop loin. "Des limites ont été franchies, des propos mensongers ont été colportés. J’ai une famille qui en a été touchée, des collaborateurs qui tentent d’effectuer leur travail et qui sont sans cesse critiquer. On peut, bien sûr, se montrer critique à l’égard de choix qui sont posés, vouloir que les choses soient différentes. Mais ici, il n’y a rien de constructif. On est dans l’agressivité et le dialogue n’est pas possible."

La plainte n’a, là non plus, pas vocation à aller plus loin. "C’était pour moi une façon de mettre fin à tout cela, dans l’espoir de retrouver un peu de sérénité." De son côté, le bourgmestre de La Louvière, Jacques Gobert, confirme avoir transmis à la police le courrier anonyme distribué dans les commerces. Un courrier qu'il juge "diffamant, accusateur et aux propos très graves." Ce dernier ajoute qu'il ignorait que Pierrick Destrebecq en était l'auteur.