Documenter, tenter de traduire l’indicible et l’ancrer dans l’Histoire collective, ce sont les objectifs qui ont été poursuivis par Cédric Gerbehaye et Caroline Lamarche entre le printemps 2020 et l’été 2021. Plongés en immersion, notamment au CHU Tivoli de La Louvière, le photographe et l’écrivaine rendent désormais compte de leur travail autour de la crise sanitaire à travers un livre paru aux éditions le Bec en l’Air et une exposition, Zoonose, qui prendra place au Musée Ianchelevici La Louvière (MILL).

"En début de crise, alors que je partais à l’étranger, je me suis confiné et j’ai constaté, très rapidement, que les chiffres augmentaient drastiquement, surtout dans la province de Hainaut, comme malheureusement le nombre de décès", se souvient Cédric Gerbehaye. "J’ai obtenu, via le bourgmestre de La Louvière, un accès aux premières lignes : les ambulances, la police, le CHU Tivoli, le home du CPAS Laetare,… J’ai commencé à travailler en ayant totale carte blanche."

Rapidement, il était convenu que le travail du photographe alimente les archives de la ville de La Louvière et soit rendu accessible au plus grand nombre. "J’ai obtenu le soutien de la National Geographic Society et j’ai poursuivi mon travail, principalement au CHU Tivoli et au sein du home du CPAS, dont il était difficile de passer les portes. J’ai documenté certains moments importants de cette crise : la distribution des premiers tests PCR pour les résidents, l’arrivée du premier vaccin à l’hôpital,…"

Mais également la souffrance des patients, l’inquiétude des familles, le dévouement du personnel hospitalier, soignant ou non. "On était face à quelque chose de nouveau, d’inconnu. Personne ne savait que les vagues se succéderaient. En concertation avec la direction du CHU, on a voulu rendre hommage à ce personnel." Le travail du photographe a été complété par celui de Caroline Lamarche, qui a mis des mots sur ces moments forts.

"C’est un travail qui s’est poursuivi en parfaite collaboration. Je lui racontais ce que j’avais vu, vécu, que ce soit aux soins intensifs, aux urgences, à domicile après un départ SMUR,…" L’écrivaine s’est également entretenu avec le personnel soignant et en a sorti plusieurs écrits. "Ce qu’il est aussi important de constater, c’est comment la société a réagi face à cette crise. Elle a pu passer des applaudissements chaque soir aux doutes, au refus, au manque de respect parfois", ajoute le photographe.

"Le doute peut être bénéfique mais derrière les murs de l’hôpital, il y a du personnel qui se bat au quotidien, qui se sacrifie pour venir en aide aux autres. Parce que c’est un choix de vie qu’il a fait, bien sûr, mais qui n’empêche pas qu’il soit sur les genoux, au bout du rouleau. On avait à cœur de raconter cette pandémie, et de manière plus générale de décrire le système hospitalier tel qu’il est aujourd’hui."

Le livre, illustré de près de 74 photos, a été distribué gratuitement à l’ensemble du personnel du CHU Tivoli. L’exposition présente quant à elle 58 clichés en noir et blanc, en plus des textes de Caroline Lamarche.