Les Seneffois ont visiblement retenu les leçons du passé. Il n'est plus question de revivre d'importantes inondations et coulées de boue, comme ce fut notamment le cas en mai 2018 lorsque des violents orages se sont abattus sur la région. Depuis ces événements, la commune de Seneffe a entrepris de nombreuses démarches pour tenter d'éradiquer ce fléau naturel.

C'est ainsi qu'une nouvelle fascine vient d’être implantée dans le village de Petit-Roeulx-Lez-Nivelles, près du rond-point de la rue du Marais, par les ouvriers avec l'aide du Contrat de Rivière Senne. Barrière perméable constituée de paille prise en sandwich entre deux grillages tendus sur des piquets, la fascine est placée en limite de cultures et perpendiculairement à l’axe d’écoulement afin de filtrer et ralentir l’eau. Ce qui favorise ainsi la sédimentation des particules de terre en amont. En aval de la fascine, l’eau est moins chargée en boues et son écoulement est plus diffus.

Il ne s'agit pas ni du premier ni du dernier aménagement dans ce secteur. D'autres fascines ont déjà été placées ces derniers mois tandis qu'une plantation de miscanthus a été effectuée dans un champ en mai dernier. En collaboration avec un agriculteur, pas moins de 50 ares de cette plante vivace ont été plantés, formant une bande d’environ 12 mètres sur 400 à l’arrière des habitations de la rue du Marais et de la rue de Luxensart.

Ces différentes initiatives sont le résultat de la collaboration entre la commune et la cellule GISER (Gestion intégrée du Sol – Erosion et Ruissellement) du Service Public de Wallonie. Des aménagements sont réalisés progressivement et de nouvelles études sont en cours pour continuer ce travail de lutte contre les phénomènes d’érosion et d’inondation.

© DR