Nous l’annoncions dans nos colonnes début mars : la ville de la Louvière vient de lancer un appel à projets en vue de trouver un prestataire en mesure de moderniser et de dynamiser le site du Tivoli. Le nom de la RAAL avait rapidement circulé, et pour cause : le club n’a jamais caché ses ambitions d’ériger un nouveau stade de football à deux pas de l’actuelle infrastructure. C’est désormais confirmé : le club répondra bel et bien à l’appel à projets.

"À ce jour, le club vert et blanc progresse dans sa réflexion et confirme son désir de répondre à l’appel pour la construction d’un stade de 8.000 à 9.000 places aux abords de l’enceinte actuelle", confirme le club par voie de communiqué. "La construction de cette nouvelle arène serait financée par la RAAL. Loin d’être anodine, cette décision est importante vu la hauteur de l’investissement. Cette position confirme également les ambitions du club."

Dès sa renaissance, la RAAL avait dévoilé ses projets et affiché l’importance qu’elle accorde au développement de ses infrastructures. "L’appel à projet lancé par la ville de La Louvière pourrait représenter une étape supplémentaire dans l’évolution de celles-ci. Pour la RAAL, la ville et sa région, cette nouvelle infrastructure représenterait un outil fantastique et une belle vitrine, d’autant qu’il s’agirait de la première construction d’un nouveau stade en Wallonie depuis cinquante ans."

L’annonce a, sans surprise, suscité des réactions parmi les supporters de la première heure. Certains ont cependant déjà émis quelques doutes quant à la capacité d’accueil envisagée du nouveau stade. "8000 à 9000 places, cela me parait trop petit, mieux vaut viser 14 000 à 15 000 places car le stade Tivoli a déjà régulièrement accueilli en D1 plus de 10 000 personnes, et pour certains matches près de 15 000 personnes", commente un supporter.

"Essayons déjà de remplir les 9000 places chaque week-end", temporise le club. Dans tous les cas, la construction d’un nouveau stade enthousiaste, visiblement, la grande majorité des amateurs de ballon rond. Reste donc à faire le nécessaire pour que l’annonce ne reste pas au stade du projet et que le dossier ficelé par le club retienne l’attention de la ville, qui entend mettre le site à la disposition du lauréat pour une durée de 99 années via un bail emphytéotique.

Les candidats ont jusqu’au 15 mai prochain pour introduire leur dossier, qui sera analysé dans le courant du mois de juin. Il faudra alors mettre les bouchées doubles puisque le projet retenu devra devenir réalité dans les six années suivantes.