La nuit a été particulièrement longue pour les habitants de la région du Centre et les pompiers des différents postes de secours de la zone Hainaut-Centre. Ceux-ci sont en effet restés mobilisés de longue heure afin de venir en aide à une population bien dépourvue face aux intempéries, qui ont frappé de plein fouet le Hainaut jeudi après-midi, alors que la situation était plus dramatique encore dans les provinces de Liège et du Luxembourg.

Ce vendredi matin, la Belgique se réveille donc sous le choc, après avoir subi des pluies diluviennes qui ont causé la mort de plusieurs personnes. Un premier bilan – qui reste encore de s’alourdir au fil des heures – fait état d’au moins 12 morts (à Eupen, Aywaille, Philippeville, Trooz, Chaudfontaine, Verviers) et à quatre disparus. Jamais notre pays n’avait été touché de la sorte. Les crues seront reconnues comme calamité naturelle et des moyens financiers d’urgence vont être libérés pour venir en aide aux sinistrés.

Chez nous, les pompiers de La Louvière ont comptabilisé, depuis jeudi soir, une trentaine d’interventions environ, principalement au niveau des caves des habitations. "Nous sommes tous logés à la même enseigne", souffle un pompier. "Au niveau des cours d’eau, les choses redeviennent peu à peu normales mais nous restons vigilants." Même son de cloche du côté de Soignies, où l’on compte là aussi une trentaine d’interventions.

Les secours sont principalement intervenus dans les caves et pour nettoyer les routes inondées. Mais le gros du travail sera probablement à effectuer ce vendredi. « Nous nous attendons à avoir pas mal d’appels de personnes qui se réveillent ce matin et qui constatent l’ampleur des dégâts. » Les routes, notamment, devront être nettoyées et sécurisées alors qu’une accalmie, très attendue, devrait être profitable aux citoyens et aux secours ce vendredi.

Du côté de Braine-le-Comte, les pompiers sont restés mobilisés jusqu’2h30 du matin. "Il a arrêté de pleuvoir, la situation est donc enfin un peu plus calme, mais beaucoup d’interventions auront encore lieu ce vendredi", confirme un pompier. "Nous avons par ailleurs porté assistance à une personne qui était coincée dans son véhicule, du côté de Neufvilles. Pour le reste, il s’agissait principalement de routes inondées et de caves à pomper."

Les pompiers brainois ont ajouté à cela un incendie qui s’est déclaré jeudi, un peu avant 18 heures, à la rue de France, au niveau du garage d’une habitation qui menacée d’être touchée par les flammes. Heureusement, aucun blessé n’est à déplorer. De manière générale, la solidarité s'organise pour l'ensemble des personnes sinistrées ces dernières heures.

Enfin à Écaussinnes, un premier bilan est dressé par les autorités communales. Les ouvriers et agents communaux y sont restés mobilisés entre midi et 23 heures. "Des centaines de sacs de sables ont été remplis et distribués dans les différentes zones inondées ou sensibles", précise l’échevin des travaux. "Des dizaines d'interventions ont eu lieu à La Bassée, la Dîme, l'Avedelle, La Mastelle, la Rue de Brabant, la rue du Moulin (Moulin du Fief), Bel Air,... Plusieurs routes ont été temporairement inondées et certaines ont dû être fermées, un bassin d'orage a débordé à Bel Air, et le quartier de la Bassée a été particulièrement touché."

La bonne nouvelle, c'est que les zones où des aménagements de lutte contre les inondations ont été réalisés ont été épargnées, ceux-ci ayant tenu le choc sans incident majeur. "C’est positif pour les futurs aménagements planifiés", précise encore l’échevin. Une évaluation des dégâts plus précise sera réalisée ce vendredi par les équipes du dépôt.