Ce mardi 26 janvier, une motion sera proposée au conseil communal louviérois afin de valider la composition d’une "Task Force pour un enseignement supérieur en Région du Centre". La Ville de La Louvière tient en effet à se mobiliser face au départ de la Haute Ecole Louvain en Hainaut (Helha). "Le premier objectif de cette Task Force sera de remettre un avis motivé à la ministre Glatigny ainsi qu’à l’Académie De Recherche et d’Enseignement Supérieur (ARES) qui recevra l’introduction d’une demande d’habilitation de la HELHa", commente la Ville de La Louvière.

Selon le bourgmestre Jacque Gobert qui s'exprime au niveau de l'ensemble du conseil communal, la situation actuelle et les décisions récentes témoignent d’une logique de rentabilité, de concurrence et de visibilité qui assimile l’enseignement à un service marchand. "S’il est "naturel" pour des services marchands de se soumettre à la compétition et à la rentabilité, pour l’enseignement supérieur, la Ville de La Louvière et la CUC s’opposent fermement à cette logique."

"Cette évolution du paysage de l’enseignement supérieur doit poser question puisqu’elle marque inexorablement un recul en termes de qualité et de démocratisation des études", poursuit-il. "Suite à une rencontre avec le corps professoral de la Helha qui s’oppose à cette délocalisation, une réunion avec la Direction est également prévue dans les jours à venir."

Il est vrai que l’enseignement supérieur en Région du Centre est un enjeu central de développement et de qualité de vie des citoyens. Les principaux arguments et causes avancés par les adeptes du processus de fusion et de concentration territoriale de l’enseignement sont les économies d’échelle, la notion de taille critique et la rationalisation de l’offre d’enseignement.

Toutefois, rien n’est encore fait : la HELHa devra, en mars, communiquer son intention d’intégrer les sections louviéroises à l’arrondissement de Charleroi à l’ARES (Académie De Recherche Et D'Enseignement Supérieur), ce qui nécessitera l’introduction d’une demande d’habilitation en octobre prochain. "Le Pouvoir Organisateur (PO) peut en toute autonomie décider d’organiser les formations sur son implantation", a rappelé la ministre Valérie Glatigny.