Comme nous vous l'expliquions dans nos colonnes mercredi, le bourgmestre de Binche travaille à débloquer des aides pour les victimes de l'annulation du carnaval. Après avoir mis le sujet sur la table du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Laurent Devin a rencontré le ministre-président Elio Di Rupo. Il était accompagné du député wallon Paul Furlan. Le Binchois a plaidé la cause des louageurs du Centre, le Thudinien a défendu celle des louageurs de l'Entre-Sambre-et-Meuse. Les deux élus étaient d'ailleurs accompagnés de deux professionnels, mieux placés que personne d'autre pour expliquer leur sort.

"C'est une démarche concertée pour défendre les folklores de nos deux régions qui ont la particularité de travailler avec des louageurs", explique Laurent Devin. Particulière, la situation des louageurs l'est encore plus dans le contexte de la crise sanitaire. "Lors de cette réunion, il a été fait état des difficultés rencontrées à la suite de l’annulation des carnavals et des marches. Il a aussi été précisé que, pour certains de ces folklores, il s’agissait de la deuxième annulation d’affilée."

Laurent Devin et Paul Furlan ont eu toute l'attention du ministre-président. Mais pas encore de décision pour le moment. "C'est une situation complexe. Elio Di Rupo nous a demandé de rentrer des dossiers complets afin que le gouvernement wallon puisse étudier la question avec l'ensemble des données et voir ce qui est possible. Je vais rencontrer les louageurs de la Région du Centre pour constituer ces dossiers. Il y en a trois à Binche et un à La Louvière."

Paul Furlan va de son côté effectuer le même travail pour les louageurs de l'Entre-Sambre-et-Meuse et remettra également les dossiers nécessaires au gouvernement wallon. Le Binchois et le Thudinien peuvent déjà compter sur un ministre-président au fait des folklores locaux. "Je suis né à Morlanwelz, et je ne compte plus le nombre de carnavals auxquels j’ai pris part dont bien entendu celui de Binche", a déclaré Elio Di Rupo. "J’ai sans doute été moins fidèle aux Marches de l’Entre-Sambre-Et-Meuse, mais je sais quelle importance, sociale et financière, représentent ces folklores."

"Si la période que nous vivons est complexe, je suis confiant en l’avenir et je sais que le Carnaval de Binche et l’ensemble des carnavals de la région, comme tous les autres folklores, trouveront les moyens de traverser ces difficultés et reviendront encore plus beaux dans un an", conclut Laurent Devin.