La ministre Benedicte Linard a promis de réunir l'ensemble des opérateurs.

L'arrivée d'un nouveau média bouleverse systématiquement ceux qui occupaient l'espace médiatique jusque-là. Internet a ainsi chamboulé le fonctionnement des journaux, de la radio et de la télévision. Les télés locales n'ont pas été épargnées. C'est dans ce contexte difficile que les difficultés se sont amoncelées à Antenne Centre, plombant les finances et pesant sur l'emploi.

Avec sa nouvelle casquette de parlementaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Laurent Devin a donc plaidé la cause des télés locales et plus particulièrement celle d'Antenne Centre auprès la ministre en charge des médias, Benedicte Linard. En quittant le fédéral pour la région, le bourgmestre de Binche par ailleurs président de la Communauté Urbaine du Centre (CUC) avait clairement signifié sa volonté de défendre ce bassin en manque de reconnaissance, tiraillé entre Mons et Charleroi. Nouvellement investi dans l'arène de la FWB, Laurent Devin aborde donc le front médiatique et défend la cause des télévisions locales. Le président de la CUC a en effet toujours défendu l'idée qu'Antenne Centre avait un rôle important à jouer dans la construction de l'identité de la région du Centre.

"Dans un paysage médiatique profondément transformé par les évolutions technologiques et numériques, il importe d’accompagner adéquatement les acteurs locaux afin de leur permettre de saisir les opportunités qui sont liées aux évolutions technologiques et pérenniser leur offre", a défendu Laurent Devin. "Il en va également de l’emploi au sein de l’équipe d’ACTV et de l’accessibilité pour tous les citoyens à une information pluraliste et de qualité."

Laurent Devin a demandé qu’une rencontre ait lieu avec l’ensemble des interlocuteurs pour analyser les chantiers prioritaires. Concernant plus particulièrement la situation d’Antenne Centre, il a rappelé la nécessité de nouer des contacts au plus vite, autour des pistes initiées, pour finaliser l’analyse des perspectives de sortie des difficultés.

La ministre a indiqué avoir pris conscience des difficultés d’ACTV et vouloir rencontrer l’ensemble des opérateurs afin de les accompagner au mieux. De son côté, Laurent Devin s’est engagé à revenir régulièrement sur ce dossier "dans l’intérêt des 250.000 citoyens de la région du Centre".