Centre

Et le bourgmestre de Binche réfléchit déjà à l'avenir…

Sans surprise, le bourgmestre de Binche est enchanté du succès rencontré lors du départ de la troisième étape du Tour de France à Binche. "C'était une journée de rêve, historique et très riche en émotions", commente Laurent Devin. "Toute l'équipe a beaucoup travaillé pour permettre le plus grand événement cycliste jamais connu à Binche. Accueillir le Tour de France avec Eddy Merckx donnant le départ et une météo ensoleillée, c'était comme on pouvait le rêver. À cela s'ajoute une organisation parfaite qui nous a valu les compliments de l'organisation du Tour de France."

Un succès de foule également, bon pour les affaires. "Il y avait plus de visiteurs que prévu, et beaucoup sont restés à Binche après le départ des coureurs. Les commerçants sont ravis de leur chiffre d'affaires. C'était aussi l'occasion pour nos entreprises de soigner leurs relations publiques, et nous savons à quel point c'est important. Toute la région était représentée, avec Wanty, Rufus mais aussi le BNI de Binche. Nous avons reçu des chefs d'entreprise de toute la Belgique et c'est aussi dans ces occasions que des contacts intéressants peuvent être noués."

Pour la Ville de Binche, c'est également un joli coup médiatique et une belle vitrine. "J'ai pu discuter avec des Australiens ou des Colombiens. J'ai aussi reçu un message de Binchois qui se trouvent en Floride et qui ont vu Binche sur la NBC. Ce n'est pas rien! L'impact médiatique est énormissime."

Pour ne rien gâcher à l'histoire, tout s'est bien déroulé sur le plan sécuritaire. "Il n'y a eu aucun incident à signaler alors que nous avons accueilli 70.000 personnes", relève le bourgmestre. "C'est aussi ça le cyclisme. Ça rassemble les gens dans la joie, sans agressivité."

Si de nombreux visiteurs sont restés à Binche, le bourgmestre, lui, a eu l'occasion de suivre les coureurs jusqu'à Épernay. "J'ai effectivement été invité par Christian Prudhomme, le directeur du Tour, à suivre la course dans sa voiture en compagnie du président de la députation provinciale de Liège. Nous avons pu discuter de la réussite exemplaire du départ à Binche. Nous avons aussi parlé de l'avenir, avec la Province de Liège, qui travaille aux côtés d'ASO pour l'organisation de la Flèche wallonne."

C'est qu'après avoir accueilli un départ du Tour de France, la Ville de Binche ne se dit pas qu'elle peut mourir demain, mais pense déjà à l'avenir. Christian Prudhomme n'a-t-il pas déclaré que la belle histoire qui unit la Cité du Gille au vélo allait continuer? "Nous verrons ce qu'il est possible d'organiser à l'avenir, sachant que nos compétences ont été reconnues et que la passion ne va pas s'éteindre. Quand on a vécu des moments comme celui-là, on ne demande qu'une chose, c'est de voir à nouveau une ville en fête et des gens heureux. Car tout le monde l'a compris, ça dépasse le sport cycliste", conclut Laurent Devin.