Alors que la seconde vague de la pandémie se rapproche de son pic, les hôpitaux sont déjà débordés aux quatre coins du pays. Des mesures internes sont donc prises pour tenter d'endiguer l'afflux de patients et concentrer les efforts sur les priorités. C'est le cas au CHR Haute Senne, à Soignies, qui adapte encore davantage ses activités hospitalières dès ce lundi 2 novembre.

Il a d'abord été décidé d'annuler toutes les consultations non-urgentes afin de désengorger les lieux. Si votre consultation urgente est maintenue, vous recevrez un sms de confirmation du CHR qui demande par ailleurs de ne pas téléphoner à l'hôpital afin de ne pas encombrer les lignes téléphoniques déjà sur-chargées.

Dès ce lundi 2 novembre, le CHR a également fermé ses quatre centres médicaux, y compris la laboratoire. Le centre médical des Ascenseurs (Thieu), le centre médical brainois (Braine-le-Comte), le centre médical d'Enghien et le centre médical de Tubize sont donc à l'arrêt jusqu'à nouvel ordre tandis que les prélèvements sont réalisés uniquement sur le site du Tilleriau à Soignies.

Ces mesures s'ajoutent à celles déjà en place ces dernières semaines. Depuis le 26 octobre, de nombreuses hospitalisations et interventions chirurgicales ont par exemple été reprogrammées alors que les visites aux patients hospitalisés sont interdites. Sauf pour la maternité (uniquement le papa), la pédiatrie (uniquement le papa/la maman), les soins Intensifs et le goéland (au cas par cas). Les portes des services sont donc fermées.

Des visites virtuelles sont toutefois organisées par les équipes du CHR Haute Senne qui se sont dotées de six tablettes tactiles, coordonnées par les psychologues de la Zone d'Ecoute et de Disponibilité (ZED), pour renouer le lien social entre les patients et leurs proches. Ces tablettes sont à la disposition des familles et de leur proche hospitalisé (souffrant du coronavirus ou non), en manque d'outils de télécommunication, ayant des difficultés pour s'exprimer et/ou ne pouvant recevoir de visites.