Centre

Le spiritueux binchois pourrait s'ouvrir des portes chez l'oncle Sam.

Une médaille de plus pour le gin de Binche! Après avoir décroché l'an dernier des médailles au concours international des spiritueux de Berlin et de Londres puis l'or au prestigieux Concours mondial de Bruxelles, c'est de l'autre côté de l'Atlantique que s'illustre le gin de Binche.

En quelques semaines, notre breuvage local a décroché le prix Platinum à Los Angeles, soit la plus haute récompense. Pour ensuite obtenir une médaille d'argent au Las Vegas Global Spirit Awards. Cerise sur le gâteau, les lauréats de ce concours se voient intégrer à la distribution des boissons dans la ville du jeu. Le gin de Binche coule désormais à Vegas. De quoi laisser entrevoir le rêve américain pour le spiritueux binchois?

"C'est un marché que nous aimerions bien percer, mais ce n'est pas le plus simple", explique Jérôme Urbain du Gin de Binche. "Tout d'abord, on ne peut PAS décider comme on veut d'exporter des produits aux États-Unis. Il faut passer par un importateur officiel sur place. Ensuite, le format des bouteilles là-bas est différent. Nous produisons des bouteilles de 70 cl, mais les États-Unis travaillent avec des bouteilles de 75 cl. Il faudrait donc se lancer dans la fabrication d'un nouveau contenant, mais il faut être sûr des débouchés d'abord."

Les exploits du gin de Binche dans les concours internationaux devraient aider à nouer les bons contacts. Le breuvage n'a même pas encore soufflé sa deuxième bougie d'anniversaire qu'il se fraie un tapis rouge hors de nos frontières. Prochaine étape, l'Asie. "Quand nous avons lancé la production de notre gin, nous avons commencé par 2000 bouteilles sans savoir s'il se vendrait bien. Et là, nous sommes à une production annuelle de 10.000 bouteilles. Nous avons fait des concours en Europe qui nous ont permis de nous faire connaître. Nous participerons bientôt à un salon international à Londres puis un autre à Paris. Ensuite, nous essaierons des concours en Asie. C'est une partie du monde que nous devons encore explorer avec notre gin."

Après un démarrage en trombe, les artisans du gin de Binche peuvent en effet nourrir de sérieux projets pour l'avenir. Et ils n'en manquent pas. "Je suis en train de suivre la formation de distilleur à Cognac. Nous voulons continuer à travailler avec la distillerie de Biercée évidemment, car nous sommes très heureux de ce partenariat. Mais nous songeons aussi à développer une partie de la production sur Binche. D'ici quelques mois, nous devrions annoncer le lancement d'un nouveau produit."