Nouveau coup dur pour les patients hospitalisés au sein du groupe Jolimont, sur les sites de La Louvière, Mons, Warquignies, Nivelles ou Lobbes. À partir de ce mercredi, les visites vont une nouvelle fois être supprimées ou limitées. Une décision qui passe particulièrement mal auprès des proches, mais justifiée, selon le groupe hospitalier, par "la forte augmentation des contaminations liées au variant omicron."

Les visites étaient, jusqu’ici, déjà soumises à une série de règles sanitaires, par exemple le port du masque, la désinfection des mains, le respect de la distanciation physique,… Elles seront désormais extrêmement contrôlées et limitées. Seules quelques exceptions sont prévues. Pour les soins intensifs et palliatifs, les proches devront prendre rendez-vous et présenter un CST. Pour les patients en fin de vie, dont l’état se dégrade ou en détresse psychologique, les proches seront admis, moyennant une prise de rendez-vous avec le service.

Au niveau de la pédiatrie, un parent sera autorisé 24 heures sur 24, sur présentation du CST. L’autre parent devra également se munir du CST et ne pourra rendre visite à son enfant qu’entre 15h30 et 18h30. En maternité, seul le coparent sera autorisé à accéder au service, tous les jours, mais il devra là encore être en mesure de présenter un CST valable. Ce sont notamment ces dernières mesures qui passent mal auprès des proches.

Depuis l’annonce de ces nouvelles dispositions, les messages d’incompréhension pleuvent sur les réseaux sociaux, notamment. "Donc mon enfant est hospitalisé et moi, sa mère, je ne peux pas rester avec lui car je n’ai pas de CST ? Et le papa non plus, vu qu’il ne le possède pas ?" peste une maman. On rappellera que le CST peut prendre la forme d’un certificat de vaccination complète, d’un certificat de rétablissement ou d’un test PCR ou antigénique réalisé en pharmacie.

"Le patient a besoin du soutien de sa famille. Dégoutée", ajoute une autre internaute. "Une honte pour la pédiatrie", insiste encore une autre. Ce n’est pas la première fois que le groupe hospitalier en vient à prendre pareilles dispositions mais espère de la compréhension et de la solidarité de chacun dans une crise qui n’en fini pas, l’objectif restant de protéger les patients les plus fragiles. On ajoutera encore que les visites en isolement covid sont, sauf exception, toujours interdites également.