Cela fait maintenant plus d’un an que les soignants sont engagés dans une course contre la montre. Si de nombreux obstacles se sont dressés sur leur parcours, la vaccination apparait à leurs yeux comme la seule solution pour atteindre la ligne d’arrivée. C’est pour remplir cet objectif que depuis ce vendredi à 7 heures du matin et jusqu’à ce dimanche à minuit, ils sont mobilisés dans un « marathon olympique » de la vaccination.

Celui-ci prend place au cœur du centre de vaccination installé au Boulevard Roosevelt, à Soignies. Durant 65 heures, les habitants de la région du Centre ou de Mons, ainsi que les membres de clubs de sports désireux d’être vaccinés ont pu l’être. "C’est le fruit d’un partenariat entre les médecins généralistes de la région, le CHR Haute Senne et la ville de Soignies", précise Valentine Speleers, en charge de la communication pour le CHR.

« L’idée, c’était de proposer un événement inédit qui allait permettre de booster la campagne de vaccination du grand public. Nous avons décidé d’également mettre un focus sur le monde du sport car elle coïncide avec le lancement de l’Euro et parce que nous approchons des jeux olympiques. » Pour l’occasion, une flamme olympique a été installée sur le site tandis que le personnel médical a joué le jeu en revêtant des accessoires noirs-jaunes-rouges.

Ce samedi matin, la bonne humeur était au rendez-vous. "Mon fils a vu qu’aujourd’hui, il était possible de venir sans rendez-vous", nous explique Emilie alors qu’elle se trouve dans le fil d’attente du centre. "Je souhaite pouvoir partir en vacances et je pense, j’espère que ce vaccin nous permettra de retrouver une vie normale." Quelques mètres plus loin, c’est au tour de Virginie de pénétrer dans le box de vaccination.

Cette dernière avoue avoir peur des aiguilles mais c’est confiante qu’elle est venue au centre ce samedi matin. "J’ai déjà fait la covid, je me dis que les effets secondaires du vaccin ne peuvent pas être pires", souligne-t-elle. Pour elle, une seule dose suffira puisque c’est une injection de Johnson&Johnson qui lui a été proposée. Des patients comme Virginie, le centre en attend plus de 8000 sur l’ensemble du week-end.

"On procède à 125 injections par heure, ce qui nous amène à un objectif de 8125 doses sur 65 heures", confirme Valentine Speleers. "Ce samedi à 11 heures, nous tournions autour de 3530 doses. Nous sommes très contents car on voit que la population adhère au projet. On a beaucoup de personnes inscrites, beaucoup qui viennent sans rendez-vous. Le Johnson&Johnson, sans rendez-vous et en une seule dose, c’est intéressant à l’approche des vacances."

D’un point de vue logistique, pareille campagne est évidemment lourde mais le centre de Soignies tournait déjà à plein régime. "Nous avons déjà une bonne organisation et une cadence de 125 vaccins à l’heure, des équipes motivées et déterminées. Il a simplement fallu renforcer cette organisation pour tenir sur la longueur." Ce projet-pilote est soutenu par la Région wallonne. S’il est couronné de succès, il pourrait être reproduit dans d’autres régions.