Un arbre s'est effondré dessus dimanche durant la tempête.

Le jeu de mot est facile mais il est symbolique : le monument aux morts de Piéton est ressuscité. Dimanche après-midi, l'arbre centenaire qui se trouvait juste à côté de cette stèle de la place du village a succombé aux violentes rafales de la tempête Ciara. Il s'est totalement effondré en entraînant le monument aux morts dans sa chute. L'édifice dédié aux combattants de la seconde Guerre mondiale a été disloqué et même coupé en trois morceaux.

Mais trois jours plus tard, le voilà déjà à nouveau fièrement debout. Ce mercredi, une équipe d'ouvriers communaux s'est affairée à la tâche. "Cela a été fait en une seule journée", se réjouit Bruno Scala (PS), échevin des travaux. "L'équipe a fait un travail extraordinaire. Je les ai surnommés le commando parce qu'ils ont vraiment rempli une mission pas facile. Et aujourd'hui, le résultat est là. Le monument aux morts revit !"

© Colin Ditch Photography

Il est vrai que la mission du "commando" a été ardue puisque la stèle était découpée en trois parties. "L'équipe qui est intervenue a d'abord regardé comment il était possible de la réparer. Ils sont ensuite parvenus à remettre le premier morceau. Pour le deuxième, qui pèse plus d'une tonne, il a fallu faire appel à une seconde machine afin de soulever la pierre et de la poser sur le première partie. Chaque morceau a été recollé avec un produit spécial. Tout est donc bien consolidé."

Même s'il ne s'agit finalement que d'un gros bloc de pierre, ce monument possède une grande symbolique. Il était donc important d'agir rapidement. "J'ai pris l'initiative de réagir immédiatement parce que je ne voulais pas que cela traîne", explique Bruno Scala. "Il fallait à la fois débarasser l'arbre le plus vite possible et puis remonter le monument aux morts qui est un symbole important du village de Piéton. Pour l'anecdote, le bois issu de l'arbre effondré a été récupéré par des riverains pour l'utiliser comme bois de chauffage."

Tout est bien qui finit bien...

© Colin Ditch Photography

© DR

© Colin Ditch Photography

© Colin Ditch Photography