La décision de ce très gros dossier était attendue depuis plusieurs semaines. Elle est finalement tombée ce lundi matin. Le projet de centrale thermique à Manage, porté par la société Baliwind, a reçu le feu vert des fonctionnaires technique et délégué du Service Public de Wallonie (SPW). Même si le SPW n'a pas encore confirmé l'information, il nous revient de bonne source que le permis a été accordé et que le projet va donc bel et bien voir le jour à côté du zoning industriel de Seneffe-Manage.

Et ce, contre l'avis de la commune de Manage qui avait exprimé son désaccord en juin dernier. "Notre décision se base notamment sur l'impact visuel d'une cheminée de 70 mètres, sur l'impact environnemental avec le rejet de biocide et l'augmentation de la température de l'eau rejetée, sur le peu de retour économique ainsi que sur la proximité des habitations et de la route nationale" , justifiait alors le bourgmestre Bruno Pozzoni.

Hélas pour les opposants du projet, ce sont bien les fonctionnaires technique et délégué de la Région wallonne qui devaient décider d'octroyer ou non le permis. Après une longue analyse, ces derniers ont décidé de remettre un avis positif et de donner suite au projet qui s'implantera sur le vaste terrain situé en face du commissariat de police de Manage, à la chaussée de Nivelles.

Là-bas, la société Baliwind pourra donc faire éclore sa centrale de production d'électricité, de type Turbine Gaz-Vapeur (TGV) à cycle combiné fonctionnant au gaz naturel et d'une puissance maximale de 870 MW. Cette imposante centrale thermique sera construite selon les standards technologiques. De même type que la centrale thermique Engie de Baudour (en photo), elle pourrait subvenir aux besoins en consommation électrique de près de 600 000 ménages puisque l'électricité produite sera réinjectée sur le réseau de transport.

Pour la plupart des riverains, il s'agit toutefois d'une très mauvaise nouvelle. Et il s'avère déjà qu'une mobilisation sera organisée dans les prochains jours afin de protester contre ce projet qui s'implantera à quelques dizaines de mètres des premières habitations.