C’est une excellente nouvelle pour la région du Centre. Le projet Senne Vallée, auquel participent Écaussinnes et Braine-le-Comte, aux côtés des communes d'Ittre et de Nivelles, a décroché une enveloppe de 90 000 euros de la Région wallonne. Le projet a donc été retenu par le gouvernement wallon, après avoir lancé un appel à projets et une phase test pour des programmes supracommunaux.

Concrètement, ce montant permettra de mettre en place différents projets dans ces communes. Par exemple, à Écaussinnes, il renforcera la dynamique portée par le contrat de Rivières Senne ASBL pour restaurer la Sennette et les cours d’eau du bassin versant de la Senne.

"Le projet inclut également le renforcement de la lutte contre les inondations et les coulées de boues en mutualisant des moyens d'intervention pour protéger les habitants", précise l’échevin en charge de l’environnement à Écaussinnes, Arnaud Guérard. "Mais aussi en adoptant une vision intégrée à l'échelle du bassin versant pour préserver et restaurer les barrières naturelles aux inondations."

Une bonne nouvelle pour certains habitants de la région du Centre, comme à Hennuyères, récemment touchés par une vague d’inondations avec les fortes de pluies de ces dernières semaines. Des initiatives de développement qui seront directement portées par des acteurs de terrain.

À l’initiative de la commune d’Ittre, cinq communes devaient être partenaires pour qu’un projet soit accepté. Des critères étaient donc à respecter comme la couverture de plus de 50 000 habitants. "C’est une étape importante", souligne le ministre Collignon, en charge des pouvoirs locaux et de la Ville. "Je suis très fier de pouvoir présenter cette carte qui redessine les collaborations entre les communes. Nous sommes donc à l’aube d’une réflexion qui s’annonce aussi riche qu’importante. La notion de supracommunalité n’est pas nouvelle, sa définition reste encore à préciser. Pour ce faire, nous devons nous atteler à mieux définir ce concept. Et cela passera par cette phase test."

Le ministre a également précisé prendre contact, dans les prochaines semaines, avec les communes qui, à l’heure actuelle, ne font pas partie d’un ensemble supralocal. L’objectif est de les inciter à rejoindre une structure reconnue par cet appel, ou à formuler une proposition de nouveau regroupement. « Ceci pour, à terme, faire en sorte qu’il y ait une dynamique supralocale couvrant toute la Wallonie », termine le ministre wallon.