Les socialistes font dans le réalisme tout en voyant l'avenir à long terme

Ils l'assurent, tout ce qui est dans leur programme est réaliste et finançable. Les candidats du PS à Braine ont accouché de 66 propositions concrètes pour leur ville. "Nous avons voulu prendre le temps de vérifier que tout était réalisable en tenant compte du contexte financier que nous connaissons", pointe Olivier Fievez, tête de liste et échevin sortant. "Les six prochaines années vont être cruciales pour le futur de Braine. Avec une gestion rigoureuse, la prochaine mandature sera l'occasion de rétablir une situation beaucoup plus saine. Mais il faut pour cela des gens sérieux autour de la table."

Par exemple, le PS veut imposer systématiquement des charges d'urbanisme aux projets immobiliers. "C'est le promoteur qui assume certains coûts et ça libère les services communaux", précise Olivier Fievez. Parallèlement, les rouges veulent maitriser l'urbanisation. "Il faut d'abord digérer les grands lotissements en cours. Ensuite, nous avons fixé un seuil acceptable de 25.000 habitants pour Braine."

Autre exemple concret, le recrutement d'un nouveau directeur général. La place vient de se libérer à la suite d'un départ à la retraite. "C'est le poste le plus important de l'administration. C'est important de recruter quelqu'un de très compétent", poursuit Olivier Fievez.

Le PS veut aussi développer une vision à long terme. "Il faut penser aux générations futures. Prenons l'exemple du contournement. Tel qu'il est imaginé aujourd'hui, le projet ne correspond plus à l'évolution naturelle de la ville. Les problèmes de circulation intra-muros se posent aux heures scolaires et à celles des navetteurs. Un contournement ne va rien changer. Pour les camions, il existe déjà des possibilités de déviation. De plus, ça va être une balafre dans notre campagne. Il faut avoir le courage de réfléchir à plus de 20 ans. Défendre la ruralité et le contournement en même temps, ce n'est pas conséquent."

Le futur, c'est aussi et déjà demain. "Nous voulons faire profiter l'administration des nouvelles technologies. C'est quelque chose qui peut être mis en place rapidement. Et c'est aussi une solution pour la mobilité. Les guichets électroniques permettront d'éviter des déplacements inutiles vers l'administration."

Parmi les nombreuses autres propositions, nous pointerons aussi la création d'une cellule "travaux urgents", le cadastre énergétique des bâtiments communaux, le replacement des caméras de surveillance actuelles par des caméras intelligentes, le maintien d'une dotation minimale de 3,2 millions d'euros pour le CPAS ou encore la poursuite des aménagements de la bibliothèque.