Le fléau des dépôts sauvages prend de l’ampleur depuis plusieurs années. À tel point que de réelles tensions naissent dans les différentes communes du Centre. À Thieu, dans la commune du Roeulx, plusieurs habitants se plaignent des déchets déversés aux alentours des bulles à verre. Contactée par ces derniers, la présidente du CPAS, Martine Paternostre, a parlé du problème avec les autres membres du collège communal. "Nous avons exposé ensemble les solutions qui étaient à notre disposition", explique l’échevine. "Les caméras nous ont semblé être la meilleure solution. Elles sont commandées depuis plusieurs mois, et elles devraient arriver prochainement."

Une décision, qui ne satisfait pas l’opposition. Sous la publication de Martine Paternostre, la conseillère communale, Laurence Rassart (Alternative) a laissé ce commentaire : "Une solution : des caméras ? Tu rigoles nous les avons, mais ne les utilisons pas." Pour la conseillère, l’achat de nouvelles caméras est une dépense inutile, si elles ne sont pas utilisées à bon escient. "Ça me fait rire, parce que nous avions en déjà 19, qui ne servent à rien puisque soit les images sont de mauvaise qualité, soit elles ne sont pas visionnées", ajoute Laurence Rassart. "Alors à quoi vont nous servir ces 20 nouvelles caméras ? Il faut pouvoir les gérer."

La réponse de la présidente du CPAS a entraîné de vives réactions du côté de l’opposition. "Je ne pense pas que tu fasses partie du collège", peut-on lire dans les commentaires Facebook. Des propos qui ont mis le feu aux poudres. "Je l’ai très mal pris", nous confie Laurence Rassart. "Le message qu’on a voulu me faire passer, c’est que je n’ai rien à dire parce que je ne fais pas partie du collège. Ce n’est même pas étonnant."

Face aux réactions des membres de la liste Alternative, la présidente du CPAS est restée dans le silence. Elle nous explique la raison. "Si je fais de la politique, ce n’est pas pour faire la guerre", commence Martine Paternostre. "Je n’ai jamais voulu rabaisser Laurence par mon commentaire. Je voulais simplement lui dire qu’elle n’est pas présente lors des réunions entre membres du collège, et qu’il faut avoir tous les éléments en main pour comprendre notre décision. Ma réponse n’était aucunement méchante, je suis la première à soutenir que nous avons besoin du rôle de l’opposition."

Voilà qui ne devrait pas calmer les tensions présentes depuis plusieurs semaines entre opposition et majorité. Pour rappel, les conseillers de l’opposition s’étaient faits discrets en ne posant aucune question, suite au changement du R.O.I. du conseil communal. Ces derniers dénonçaient la limitation de parole. Le point de l’installation des caméras sera probablement à l’ordre du jour du prochain conseil.