Centre La commune s'engage à signer la Convention des maires dans les prochains mois.

Le conseil communal rhodien de ce lundi soir a été marqué par le vote d'une motion initialement proposée par le groupe d'opposition Alternative. La majorité a accepté de faire passer ce texte de "déclaration d'urgence climatique" mais en retirant le terme "urgence". "Pour nous, il n'y avait pas lieu de dire qu'il y avait urgence parce que cela nécessitait d'agir immédiatement", explique Virginie Kulawik, échevine en charge du développement durable. "Or, nous n'avons pas les moyens de le faire tout de suite. Je trouve que le plus important était de mettre en place les actions concrètes."

Après une interruption de séance demandée afin de se concerter, l'opposition a accepté l'amendement qui consistait à retirer le terme "d’urgence" climatique mais s'est abstenu sur sa propre motion. "Le mot "urgence" dérange apparemment la majorité", regrette le conseiller communal Grégory Lucas (Alternative), à l'origine de la motion. "Or, ce terme signifiait juste qu’il ne faut plus attendre un ou deux ans avant de bouger pour le climat. C'est d'autant plus que dommage que nous avions fait beaucoup de concessions sur notre projet original."

Concrètement, la commune s'est donc engagée à signer la convention des maires et à adopter un Plan d'Action pour l'Energie Durable et le Climat (PAEDC), mais sans se fixer vraiment de délai pour le faire. Ce qui a eu le don de faire grincer les dents de Grégory Lucas. "Cela me pose vraiment problème. Cela signifie qu’on peut laisser traîner les choses jusqu’en 2024 et n’adopter le PAEDC qu’en 2025. Or, la Convention des maires a pour objectif 2030. Nous n’aurions donc que cinq années pour réduire nos émissions de CO2 de 40 % ? C'est impossible."

L'échevine assure cependant que la signature de la Convention se fera dans les prochains mois. "Nous devons désigner en interne un agent communal chargé d'élaborer et de faire le suivi du plan d'actions", explique Virginie Kulawik. "Ce n'est pas possible immédiatement mais la Convention des maires sera signée encore dans le courant de cette année ou au plus tard en 2020. Nous espérons dégager des moyens supplémentaires via la Région wallonne. Ce plan d'actions permettra d'établir un diagnostic et de proposer des solutions pour réduire les émissions de CO2 au sein de la commune."