Une vague de chaleur a déferlé sur la Belgique, et beaucoup en souffrent, y compris les rosiers du jardin du concours international du Roeulx. Si bien qu'un arrosage massif s'impose pour le moment. Mais une chose est sûre, les conditions climatiques de plus en plus particulières auront un impact sur les fleurs.

"De manière générale, les rosiers aiment bien la chaleur", explique Jean-Jacques Claustriaux, président du jury permanent. "Mais nous devons prier tous les jours pour qu'il pleuve un petit peu. Depuis le mois de mars, il ne pleut pas assez, ça reste très sec. Les rosiers ne poussent pas tout à fait comme d'habitude, la reprise à la montée est plus faible. Nous aurons quand même de la fleur, le rosier est résistant. Mais les fleurs ne seront peut-être pas aussi grosses et abondantes que d'habitude. Surtout pour le concours 2021. Les rosiers de cette édition ont été plantés cet hiver. Or, les conditions n'étaient pas terribles. Il y avait eu beaucoup d'inondations dans le sud de la France et cela a eu un impact sur certaines variétés que nous avons reçues."

C'est aujourd'hui une évidence, le climat change. Des fruits tropicaux poussent dans le sud de l'Italie et les vins belges ont le vent en poupe. Le changement climatique pourrait-il aussi influencer les obtenteurs dans leurs créations de roses nouvelles? "Ils n'en parlent pas vraiment pour le moment. On pourrait peut-être avoir davantage de rosiers massifs que de rosiers grimpants ou de rosiers à tige unique", prédit Jean-Jacques Claustriaux. "Mais l'évolution du climat devrait surtout influencer le choix des porte-greffes. Ce sont des variétés de rosiers qui sont choisies pour venir y greffer de nouvelles variétés. Dans nos régions où il y a un sol assez lourd par exemple, l'églantier est très prisé. À l'avenir, il faudra se tourner davantage vers des porte-greffes qui sont plus adaptés à des conditions sèches. Il faudra aussi surveiller les attaques de parasites. De nouveaux pourraient apparaître."

En attendant, l'équipe du concours ménage du mieux qu'elle peut les rosiers. Pour rappel, la 57e édition se tiendra à huis clos le premier week-end de septembre. Mais les jardins restent accessibles en temps normal au public. Les amateurs peuvent donc aller visiter les roses, dans le respect des règles sanitaires évidemment.