Il y a deux semaines, le Collège communal du Roeulx décidait d'octroyer une prime de 1 000 euros à chaque établissement Horeca de l'entité. A ce moment, les commerces "non-essentiels" étaient encore ouverts. Mais la donne a changé aujourd'hui. C'est pourquoi le groupe Alternative a réclamé qu'une aide similaire soit désormais octroyée à ces autres commerces contraints de fermer, tels que les instituts de beauté, les manucures et pédicures, les instituts de massage, les salons de coiffure ou les barbiers

"Contrairement aux commerces Horeca qui, pour la plupart, peuvent continuer à fonctionner en livraison ou à emporter, ces commerces sont à l’arrêt complet", signale Grégory Lucas (Alternative), conseiller communal dans l'opposition. "Avant de voter ce point lors du dernier conseil communal, nous avons donc demandé ce qu’il en serait de ces autres commerces. Ce à quoi l'échevine avait répondu qu’ils ne seraient pas oubliés."

Malheureusement, force est de constater que l'octroi d'une prime similaire ne sera pas possible. "D'abord, nous ne pouvons plus faire de modification budgétaire dans l'immédiat", explique l'échevine Virginie Kulawik, en charge des commerces. "Par ailleurs, nous devons faire très attention aux finances communales. Nous avons déjà fait beaucoup d'efforts mais notre choix a été objectivé par la situation."

C'est en effet sur base de diverses analyses que le Collège communal a pris cette décision. "Je ne nie pas que ces professionnels ne sont pas impactés. Loin de là. Mais nous avons du faire des choix budgétaires et l'Horeca est vraiment un secteur très touché. En plus d'avoir subi des impacts à cause de l'annulation d'événements, ils ont déjà fermé quatorze semaines depuis le début de la crise. Ce qui est beaucoup plus long que les autres commerces non-essentiels où l'on compte huit semaines."

Pour le Collège communal, il faut également distinguer les alternatives envisageables. "Les commerces fermés peuvent toujours proposer des services, des produits à emporter ou bien des chèques-cadeaux s'il s'agit d'un coiffeur ou d'une esthéticienne par exemple. Les restaurants aussi, c'est vrai. Mais pas le cafés qui n'ont pas la possibilité de livrer ou d'emporter. Ils sont totalement à l'arrêt."

L'échevine signale par ailleurs que des aides régionales et fédérales seront bientôt offertes pour tous les commerces impactés. De son côté, la Ville du Roeulx tente de faire avec les moyens du bord. "Notre bureau d'aide aux indépendants propose toujours ses aides gratuites pour aiguiller chaque commerçant dans le besoin. En parallèle, le Grand jeu des commerces est encore ouvert pour inciter à se faire livrer, à emporter ou bien à consommer sous forme de chèque cadeaux. Il est important, plus que jamais, de continuer à soutenir les commerces fermés."

Signalons tout de même que la plupart des autres communes de la région n'ont offert aucune prime supplémentaire "en argent" aux commerces, qu'ils soient dans le secteur Horeca ou parmi les autres fermés.