Le réchauffement climatique est devenu progressivement une préoccupation mondiale, nationale, mais aussi communale. Tous, à leur échelle, interviennent pour limiter les émissions de CO2 entre autres. Au Roeulx, une idée inédite a émergé. Le conseiller communal, Gregory Lucas (Alternative), souhaite créer une allée d’ arbres dans l’entité du Roeulx. " J’ai effectué quelques recherches sur ce qui pouvait être fait pour l’environnement", explique le conseiller. " Je suis tombé sur ce concept, qui est plus répandu en France. Un arbre en particulier a attiré mon attention."

Cet arbre, c’est le Paulownia Tomentosa. Selon les premières recherches de Gregory Lucas, le Paulownia Tomentosa absorberait énormément de CO2 présent dans l’air. L'arbre impérial, de son autre nom, est un arbre majestueux aux très grandes feuilles en forme de coeur. Totalement fourni en avril et mai, l’arbre prend une magnifique couleur lilas. "C’est un plus qu’il soit aussi esthétique", précise Gregory Lucas. " Il est bienfaiteur contre le réchauffement climatique, et il permettrait également de créer un atout touristique supplémentaire.

Planté en terrain profond, au soleil, l’arbre se développe rapidement. Il atteint sa taille normale après seulement trois ans. "Il faut évidemment ne pas le laisser complètement à l’abandon, sinon il pourrait être incommodant pour la visibilité sur la route par exemple", ajoute Gregory Lucas. "Une étude doit être réalisée pour voir l’endroit idéal, ou tout simplement changer d’ arbre." Concernant sa localisation, le conseiller communal a sa petite idée. La rue Samuel Manet, en ligne droite, serait adaptée pour le concept, selon Gregory Lucas.

Sauf que pour l'échevin de l'urbanisme, certains points sont erronés. "Le Paulownia Tomentosa est recensé sous surveillance en France", déclare Damien Sauvage. "C'est une espèce invasive, qui peut avoir de nombreuses retombées négatives, comme la vision sur les routes. Il n'est pas destiné à la taille. Je ne vois pas ce que viendrait faire un arbre exotique en plein milieu du village de Gottignies." Ce dernier rappelle que de telles plantations demandent plusieurs démarches au préalable. L'échevin souhaite garder le caractère rural du village, et proscrit donc l'implantation de cet arbre sur l'entité. "Pour de tels projets, nous nous basons sur les projets agroforestiers coordonnés par la Province du Hainaut. On ne s'improvise pas pépiniériste du jour au lendemain.