Le futur quartier des Aulnées fournira 3,5 millions d'euros à lui seul.

Ces dernières années, les projets immobiliers fleurissent à Soignies. Plusieurs sont d'ailleurs en cours de construction actuellement tandis que d'autres le seront bientôt. C'est le cas dans le quartier des Aulnées avec le colossal projet de 564 logements porté par le promoteur Delzelle SA. Chacun des promoteurs engagés dans les différents projets se doit de respecter certains devoirs vis-à-vis de la commune. Notamment les charges d'urbanisme.

Ce mécanisme permet en quelque sorte de compenser financièrement l'arrivée d'un projet. "Elles sont appliquées sur les projets à partir de quatre logements", explique Carine Delhaye, échevine en charge de l'urbanisme. "Nous réalisons un calcul selon la surface du projet en comptant 60 euros par m² hors cave, grenier et garage."

Le futur projet des Aulnées va ainsi rapporter 3,5 millions d'euros à la Ville de Soignies qui seront réinvestis dans le quartier. "C'est un projet sur 20 ans qui est prévu en quatre phases d'environ 130 logements", précise la bourgmestre Fabienne Winckel. "Les charges de la première phase permettront notamment la construction d'une crèche, d'un Agoraspace et d'une plaine de jeux. Dans la troisième phase, il y aura par exemple 400 m² de salles communautaires qui seront remises à la Ville. Leur fonction sera décidée selon les besoins dans 15 ans."

Deux autres projets sont actuellement en cours à la chaussée du Roeulx. Le plus gros (Arborescence), rapportera 1,2 million de charges d'urbanisme qui seront réglées par la création de bulles à verre enterrées et la mise à disposition de 35 places de parking ainsi que d'un appartement qui sera utilisé par l'Agence immobilière sociale (AIS). La Résidence Stephenson doit quant à elle s'acquitter de 190 440 euros de charges via la mise à disposition d'un appartement de 95 m².

Du côté de la rue de Steenkerque, un projet de 1000m² rapportera 60 000 euros de charges via quatre places de garage à 15 000 euros chacune. Enfin, trois projets sont en cours à la rue de Cognebeau. Ils permettront d'obtenir 90 000 euros pour rénover les trottoirs et le petit parc situé au croisement avec la rue du Nouveau Monde.

"L'objectif est que cela serve à la communauté qui habite dans les environs du projet. Nous sommes une commune précurseur en la matière. Quand nous avons mis cela sur pied en 2014, nous étions la première commune à le faire avec Anvers et Namur", assure Fabienne Winckel.