Trente-neuf CPAS participeront à partir de septembre à la nouvelle édition du projet MIRIAM, annonce la ministre de l'Intégration sociale Karine Lalieux mardi dans un communiqué. Initié en 2015 par le SPP Intégration sociale, ce projet en sera à sa quatrième édition et bénéficiera d'un budget décuplé et porté à 4,5 millions d'euros chaque année jusqu'en 2024, contre 435.000 euros lors des trois premières éditions.

Porté par des travailleurs sociaux "case managers", le projet "vise à briser l'isolement social et la précarité des mères célibataires." La troisième édition regroupait 6 CPAS pour quelque 90 femmes aidées. La quatrième édition concernera 39 CPAS et quelque 1.100 femmes aidées pour la première année.

La nouvelle édition de MIRIAM sera accessible également aux femmes bénéficiaires d'aides complémentaires ou en médiation de dettes, en plus de celles touchant le RIS. Le critère d'âge pour les enfants (moins de 6 ans) a également été supprimé.

Autre nouveauté, qui concerne pleinement la région du Centre : la possibilité pour les petits CPAS de se réunir pour travailler en consortium. C'est l'option qui a été choisie en Flandre par les CPAS d'Eeklo et Maldegem. En Wallonie, Soignies, Ecaussinnes, Braine-le-Comte et Le Roeulx travailleront ensemble.

Au total, 35 dossiers - portés par 39 CPAS - ont ainsi été sélectionnés pour l'édition 2022-2023, dont 13 en Flandre, 7 à Bruxelles et 15 en Wallonie.